›  Interview 

Michel Manteau : « Nous nous sommes surtout positionnées sur les stratégies Smart Beta minimum variance car nous cherchons avant tout à réduire la volatilité de notre portefeuille actions »

Selon Michel Manteau, Responsable du service gestion de portefeuille à la Caisse Autonome de Retraite des Médecins de France, environ 20 % de l’allocation actions…

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Selon Michel Manteau, Responsable du service gestion de portefeuille à la Caisse Autonome de Retraite des Médecins de France (CARMF), environ 20 % de l’allocation actions de la Caisse est dédiée au Smart Beta…

Next-Finance : Quel est votre regard sur les nouvelles approches dites factorielles ou de type smart Beta ?

Michel Manteau : La CARMF s’intéresse depuis plusieurs années à ces nouvelles approches dites factorielles ou de type Smart Beta afin notamment de réduire le niveau de volatilité de son portefeuille financier.

Avez-vous des encours investis dans le Smart Beta ou via une approche de type factor investing ? En quelle proportion ? Prennent-ils la place des fonds gérés activement dans votre portefeuille ?

Oui, nous avons d’ores et déjà des encours investis dans le Smart Beta :

  • sur la partie actions de notre portefeuille, environ 20 % de notre allocation est dédiée à ce type de stratégies, utilisant le concept de minimum variance.
  • sur la partie obligataire de notre portefeuille, en revanche, nous venons de commencer d’introduire une toute petite proportion de stratégies « risk premia »
  • enfin au sein de notre poche de gestion cross asset, nous avons également introduit des gérants spécialisés en Smart Beta.
Sur la partie obligataire de notre portefeuille, nous venons de commencer à introduire une toute petite proportion de stratégies « risk premia »
Michel Manteau, Responsable du service gestion de portefeuille à la CARMF

Quelles stratégies suscitent le plus votre intérêt (Low volatility, Maximisation du ratio de Sharpe, Value, Growth, Quality voire combinaisons de facteurs ?

Comme je vous le disais, nous nous sommes surtout positionnées sur les stratégies Smart Beta minimum variance car nous cherchons avant tout à réduire la volatilité de notre portefeuille actions, sans toutefois trop pénaliser la performance. D’ailleurs, sur ce point, nous nous sommes rendu compte que leur rendement est ressorti plus élevé que les indices avec une volatilité moindre.

Quelles sont les évolutions à apporter à ce style de gestion (transparence, pédagogie, compréhension de l’évolution du modèle avec l’évolution de l’environnement de marché, coûts cachés, etc…) ?

Il est vrai que ce style de gestion est très technique, il faut vraiment s’investir pour bien comprendre comment il parvient à créer de la valeur.

Quels sont les principaux éléments que vous prenez en compte pour sélectionner des gérants Smart Beta ?

Généralement, nous faisons le tour de la place financière, après une première sélection prenant en compte bien évidemment le track record et l’expérience de l’équipe de gestion.

Paul Monthe , RF , 19 octobre

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Lire aussi

19 octobre

Interview Salwa Boussoukaya-Nasr : « Nous regardons toutes les stratégies existantes qu’elles soient basées sur des métriques de risque, des approches factorielles ou sur des valeurs fondamentales »

Selon Salwa Boussoukaya-Nasr, Directrice Financière du Fonds des Réserves pour les Retraites, les gérants devraient afficher plus de transparence sur les coûts...

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Jean-Philippe Médecin : « Solvency II n’a pas conduit à une baisse significative de nos expositions en actions »

Selon Jean-Philippe Médecin, directeur ALM et financement au sein de la direction des investissements, les équipes de CNP Assurances intègrent de plus en plus de couvertures pour limiter les effets de chocs à la baisse des (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés