AVIVA Advertisement AVIVA
›  Note 

MiFID II est au premier rang des transformations réglementaires à anticiper, d’après une enquête de State Street.

Selon la nouvelle enquête1 publiée aujourd’hui par State Street Corporation, près des trois quarts (73 %) des gérants d’actifs se disent préoccupés par les difficultés que soulève MiFID II.

Les contraintes de transparence pré- et post-trade auront de fortes répercussions pour les sociétés de gestion.

Selon la nouvelle enquête [1] publiée aujourd’hui par State Street Corporation, près des trois quarts (73 %) des gérants d’actifs se disent préoccupés par les difficultés que soulève MiFID II.

L’enquête, menée auprès de 100 gérants d’actifs et gérants alternatifs dans le monde, évalue leur degré de préparation à l’entrée en vigueur de la réglementation MiFID II en janvier 2018.

Conçue pour accroître la protection des investisseurs, la réglementation prévoit de nouvelles exigences en matière de communication sur les coûts et les frais, de nouvelles conditions pour la conception et la distribution d’instruments financiers, ainsi que des contraintes de transparence pré- et post-trade pour différents types d’actifs : actions, titres apparentés et autres titres. L’enquête révèle que plus de la moitié (59 %) de l’ensemble des participants et plus des trois quarts (77 %) des gérants de hedge funds estiment que la transparence des transactions pré/post-trade pour les instruments concernés aura de fortes répercussions sur leur entreprise.

« L’industrie est en train de s’adapter à un environnement plus strictement régulé » déclare Sven Kasper, directeur EMEA des Affaires réglementaires, publiques et gouvernementales chez State Street. « Tous les intervenants sur le marché doivent, plus que jamais, comprendre les mesures proposées et rester suffisamment souples pour maîtriser les changements affectant la liquidité du marché ».

Concernant l’impact des conditions de transparence et de reporting post-trade exigées par MiFID II, Kim Newell-Chebator, directrice EMEA de State Street Global Markets, commente : « Le niveau de reporting exigé représente un engagement majeur en termes de données et les outils qui facilitent cette tâche suscitent un intérêt croissant chez nos clients. MifFID II accompagne également une transition vers les plateformes électroniques. Si cette évolution est bienvenue à l’heure de la modernisation des échanges boursiers, les plateformes de négociation devront s’assurer qu’elles disposent de protections et de systèmes efficaces pour demeurer conformes et sous contrôle ».

Commentant l’impact de MiFID II sur les fonds indiciels cotés, Rory Tobin, co-directeur mondial des ETF SPDR® (branche de State Street Global Advisors), ajoute : « La transparence accrue qu’exige MiFID II sur les transactions ETF et la liquidité sous-jacente contribuera vraisemblablement à renforcer la confiance des investisseurs, et par conséquent l’engouement pour ces produits. A ce titre, c’est un développement positif ».

Les réglementations comme MiFID II—bien que cette dernière ne soit attendue que pour 2018—affectent déjà les entreprises. 78 % des participants à l’enquête indiquent une augmentation du temps consacré aux discussions réglementaires avec la direction et les conseils d’administration.

L’enquête révèle un besoin de conseils de qualité chez la plupart des participants : 76 % d’entre eux notent que des démarches éducatives aideraient à préparer leur entreprise à mettre en œuvre les changements nécessaires. L’enquête montre également que près de 60 % des participants estiment que de meilleurs outils de traitement et d’analyse des données les aideraient à surmonter les difficultés liées à la mise en œuvre des évolutions réglementaires dans un environnement de plus en plus complexe.

Pour aider les investisseurs dans ce contexte réglementaire difficile, State Street a développé une gamme de produits et de solutions dans l’ensemble de l’organisation.

Next Finance , Novembre 2016

Notes

[1] L’enquête Pulse sur le degré de préparation réglementaire a été menée en août 2016 par Oxford Economics pour le compte de State Street auprès de 100 participants dans le monde, y compris 50 hedge funds et 50 gérants d’actifs.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés