›  Opinion 

Même si le reste de l’UE survit à cette crise, les implications du Brexit sur le long terme sont alarmantes

Le résultat du référendum est un véritable choc, en particulier pour les opérateurs de marché qui avaient parié sur un résultat en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne depuis le début de la semaine. Sur le court terme, nous nous attendons donc à des marchés très volatils...

Le résultat du référendum est un véritable choc, en particulier pour les opérateurs de marché qui avaient parié sur un résultat en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne depuis le début de la semaine.

Sur le court terme, nous nous attendons donc à des marchés très volatils : un environnement dont nous allons toutefois essayer de tirer profit avec des prises de positions sélectives et tactiques.

La liste des impacts potentiellement négatifs liés à une telle décision est longue. Il nous apparaît donc d’autant plus important de mettre en lumière les éléments positifs qui pourraient résulter d’une telle décision, ou du moins, de pointer les facteurs stabilisateurs.

Pour commencer, notons déjà que les banques centrales comme les gouvernements s’étaient activement préparés à une telle issue et qu’ils travailleront ensemble à faire tout ce qui est en leur mesure afin d’atténuer les chocs directs liés au résultat de cette consultation. A plus long terme, si l’on se place dans une perspective européenne, on pourrait espérer voir désormais certaines décisions prises plus rapidement, et ce, sans avoir à considérer systématiquement les demandes particulières formulées par la Grande-Bretagne.

D’un point de vue britannique, on peut s’attendre à ce que les entreprises plus exportatrices se réjouissent d’une livre sterling un peu plus faible.

En quelques jours, le Brexit est passé du statut de risque à celui de quasi-certitude. Les conséquences ne seront pas brillantes, que ce soit d’un point de vue politique ou sur les marchés financiers.

Les relations entre le Royaume-Uni et ses principaux partenaires commerciaux seront très certainement remises en question, et l’incertitude qui en résultera ne se résorbera pas rapidement. Cela aura donc de profondes répercussions à la fois sur les marchés financiers et dans l’économie réelle.

Même si l’Europe survit à cette nouvelle crise, les implications à long terme du Brexit sont inquiétantes. L’UE semble en effet avoir perdu son membre le plus « market friendly » parmi les membres de poids. Les partisans du libre-échange alliés à la Grande-Bretagne ont raison de s’en inquiéter.

Stefan Kreuzkamp , 27 juin

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Solvabilité II : peut-on valoriser les engagements des assureurs comme des produits dérivés ?

Alors que la directive Solvabilité II est entrée en vigueur et mise en œuvre dans les compagnies d’assurance européennes depuis le 1er Janvier 2016, de nombreuses questions se posent encore quant à l’utilisation de la théorie des options en finance pour valoriser les engagements des (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés