›  Opinion 

Les obligations indexées sur l’inflation offrent à nouveau des perspectives attrayantes

Selon Allianz Global Investors (AllianzGI), avec les faibles niveaux de valorisation qu’elle affiche aujourd’hui et de réelles perspectives d’appréciation liées à la remontée attendue de l’inflation, la classe d’actifs des obligations indexées sur l’inflation retrouve de l’attrait.

Depuis 2000, l’inflation a connu une baisse tendancielle, dans la plupart des pays développés, due d’abord au développement des exportations des pays émergents, puis à la chute continue du prix des matières premières depuis 2010. Dans la zone euro, la baisse du prix du pétrole a même fait resurgir le spectre de la déflation et contraint la Banque centrale européenne (BCE) à mettre en place des actions inédites, pour ancrer les anticipations d’inflation et soutenir l’inflation future.

« Comme l’énergie est aujourd’hui le principal contributeur négatif de l’inflation, l’inflation totale devrait rester en territoire négatif jusqu’au moins de juin, à moins d’un fort et rapide rebond du prix du baril », explique Ophélie Gilbert, gérant senior en charge des obligations indexées sur l’inflation chez AllianzGI.

A moyen terme, les pressions inflationnistes resteront limitées et devraient se normaliser graduellement ; l’inflation sous-jacente demeurera donc basse. Néanmoins, à court terme, l’inflation dans la zone euro devrait bénéficier de la remontée des prix du pétrole.

« L’inflation pourrait rebondir significativement en fin d’année, si le pétrole se maintient au-dessus de 40$ le baril », ajoute Ophélie Gilbert.

Cette situation inédite offre des opportunités sur le marché de l’inflation, qui devrait bénéficier de quatre facteurs de soutien importants : une meilleure visibilité sur la tendance de l’inflation liée à l’arrêt de la baisse drastique des prix du pétrole, le probable rebond de l’inflation dès l’été avec un accélération en fin d’année, des valorisations très attractives et la politique monétaire volontariste de la BCE. « Du côté des valorisations, le fait que le marché ne croit pas à un retour durable de l’inflation a amplifié, à outrance selon nous, la dépréciation des obligations indexées sur l’inflation et offert des opportunités d’achat. En outre, d’un point de vue technique, l’augmentation du programme d’achat de titres souverains de la BCE, qui inclut les titres indexés sur l’ inflation, va bénéficier à la classe d’actifs », explique Ophélie Gilbert.

Par ailleurs, les obligations indexées sur l’inflation offrent de multiples avantages aux investisseurs. En particulier, elles sont les seuls actifs à protéger contre l’inflation à court terme et donc à apporter une couverture réelle contre le risque d’inflation.

Néanmoins, ce marché de niche et de diversification nécessite des compétences très spécialisées. Le fonds Allianz Euro Inflation-linked Bond, qui investit principalement dans des obligations indexées sur l’inflation de la zone euro, s’appuie sur le track-record de plus de 10 ans de sa gérante et sur le savoir-faire des équipes d’AllianzGI en matière de gestion de type assurantiel.

L’expertise de gestion des Obligations euro indexées sur l’inflation est basée à Paris, centre européen d’expertise obligataire d’AllianzGI.

A la date du 12 mai 2016, les encours gérés sur cette classe d’actifs représentent un total de 4,8 milliards d’euros, dont 813 millions d’euros dans le fonds ouvert Allianz Euro Inflation-linked Bond.

Next Finance , 13 mai

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion L’ubérisation des hedge funds par la gestion « Alternative Risk Premia »

Après les gérants traditionnels avec les ETFs, les gérants de hedge funds sont de plus en plus concurrencés par les fonds « Alternative Risk Premia » qui répliquent stratégies d’investissement similaires, à moindre coût et avec une liquidité (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés