AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

Les marchés obligataires font fi de la victoire surprise de Trump qui a rappelé l’issue du référendum sur le Brexit

La réaction des marchés obligataires à la victoire surprise de Donald Trump n’a pas été aussi défavorable que celle qui a suivi le Brexit, et elle pourrait même bénéficier aux investisseurs obligataires, soulignent les gérants obligataires de Robeco.

Points clés

  • La réaction des marchés du crédit a été négative, mais temporaire
  • La victoire de Donald Trump pourrait être bénéfique à l’économie américaine
  • Peu d’inquiétudes à court terme concernant la politique monétaire

« La victoire surprise de Donald Trump donne l’impression d’un nouveau Brexit, en quelque sorte, » précise Sander Bus, responsable de l’équipe des obligations high yield. « Au début, les sondages indiquaient une victoire d’Hillary Clinton, mais à mesure du scrutin, Donald Trump a déjoué les pronostics en remportant de grands États. Il est intéressant de constater que le Brexit a davantage suscité les craintes que la victoire surprise de Donald Trump : pour preuve, les marchés du crédit ont été beaucoup plus volatils en juin 2016. »

« L’élection d’un nouveau Président républicain pourrait avoir une incidence positive sur l’économie américaine à long terme, tout du moins c’est ce que Donald Trump affirme. Nous assisterons à une hausse des dépenses en infrastructures et des mesures de relance budgétaire. En revanche, la victoire de Donald Trump ne lui donne pas carte blanche. Il devra négocier avec la Chambre des Représentants et le Sénat et au sein du Parti Républicain tout le monde ne partage pas les politiques qu’il souhaite mettre en place. Ces incertitudes devraient se refléter dans les spreads de crédit, ce qui ne semble pas être le cas pour le moment. »

Bien que les marchés d’actions asiatiques aient ouvert en baisse de plus de 4 % et que les contrats à terme sur actions européennes se soient repliés de 2 à 4 % à l’annonce du raz-de-marée républicain, la réaction sur les marchés du crédit a été plus modérée, insiste Sander Bus. Les indices CDS européens Itraxx Main et Crossover ont ouvert la séance en hausse respective de 5 et 25 points de base avant de refluer. Les indices CDS aux États-Unis et les indices CDX Investment Grade et CDX High Yield se sont respectivement écartés de 5 et de 15 à 20 points de base.

Des réactions temporaires

Les indices européens des CDS de la dette financière senior et subordonnée ont évolué en ligne avec ceux des obligations d’entreprise, en s’élargissant respectivement de 5 et de 15 points de base. Les banques américaines ont réagi de manière similaire à la réduction modérée du risque sur les marchés. Les taux d’intérêt sous-jacents ont vivement réagi à l’ouverture des marchés, avant de céder rapidement leurs gains sur fond de progression des emprunts du Trésor à 10 et 30 ans et de pentification de la courbe. La partie longue de la courbe en Europe et aux États-Unis s’est initialement pentifiée vers le bas, ce qui a eu un impact positif sur la performance totale des marchés du crédit, d’autant que l’élargissement des spreads de crédit est contenu.

« L’impact sur notre fonds Robeco High Yield Bonds, qui surpondère fortement les États-Unis, sera modéré, » souligne Sander Bus. « Le bêta du fonds s’établit actuellement à 1, ce qui devrait maintenir sa performance en ligne avec l’indice. »

« Le fonds est surpondéré sur l’Europe par rapport aux États-Unis. Notre positionnement en Europe pourrait bénéficier au fonds compte tenu du fait que les incertitudes suscitées par la politique de Donald Trump concernent essentiellement les États-Unis. Le positionnement au sein des deux régions privilégie davantage les secteurs de qualité et axés sur la consommation. Il est possible que les secteurs industriels traditionnels puissent rebondir car Trump est un défenseur des industries à forte intensité capitalistique telles que l’acier, le charbon, l’énergie et les services aux collectivités. Autre fait et non des moindres, l’Obamacare est en danger. Nous surpondérons les hôpitaux américains, ce qui aura selon nous un effet négatif sur le fonds. »

Réactions contrastées sur les marchés des obligations d’État

S’agissant des obligations d’État, la victoire de Donald Trump a donné lieu à des réactions contrastées. Après un rebond initial, les obligations d’État américaines ont corrigé et les rendements du Bund allemand sont restés stables. Les rendements des obligations émergentes locales ont progressé et les devises émergentes se sont repliées car la victoire de Donald Trump aura des répercussions négatives sur les échanges des États-Unis avec l’étranger.

« Selon nous, la victoire de Donald Trump aura peu de répercussions à court terme sur la politique monétaire, » souligne Kommer van Trigt, responsable de l’équipe Global Fixed Income Macro. « Un relèvement des taux par la Fed en décembre reste le scénario le plus probable. Avec une prise de contrôle du Congrès et un Président républicain, il est plus probable que certains des programmes budgétaires annoncés durant la campagne seront mis en œuvre. »

« Ces programmes incluent une réduction des taux d’imposition des particuliers et des entreprises et une forte hausse des dépenses en infrastructures. Reste à voir quelle sera l’ampleur des mesures de relance, même si tout laisse à penser que les mesures de relance budgétaire seront accrues, ce qui peut avoir un impact haussier sur les rendements via une augmentation de la dette publique et un moindre besoin de mesures de relance monétaire.

L’argument positif en faveur des obligations d’État est que la victoire de Donald Trump rappelle l’existence du risque exceptionnel en politique (comme cela a été le cas du vote en faveur du Brexit) et son approche conflictuelle pourrait augmenter le risque politique. Dans l’ensemble, nous considérons la Présidence Trump comme défavorable aux obligations, raisons pour laquelle nous avons allégé notre duration. »

À l’approche des élections, le fonds Robeco Global Total Return Bond prenait une position exclusivement courte sur les obligations d’État italiennes. Cette position a été clôturée, les spreads s’étant élargis à leur plus haut niveau d’avant le Brexit. Les fonds Robeco Euro Government Bonds et Robeco All Strategy Euro Bonds ont racheté des obligations italiennes, réduisant ainsi les sous-pondérations des obligations d’État italiennes dans ces fonds.

Kommer van Trigt , Novembre 2016

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés