›  Note 

Les investisseurs de la « Génération Y » ont de grandes attentes mais un appétit limité pour le risque

Selon l’enquête mondiale sur les investissements publiée par Legg Mason, les investisseurs de la « Génération Y » (18 – 39 ans) espèrent un important retour sur leurs investissements mais ont une approche conservatrice et avouent avoir une vision très court-termiste dans leur façon d’investir.

L’enquête réalisée auprès de 1267 investisseurs de la « Génération Y » à travers le monde, révèle qu’ils espèrent un retour sur investissement annuel de 11% en moyenne. Les américains ont l’objectif le plus ambitieux avec un objectif de 14% par an en moyenne, contre un peu moins de 8% pour les européens.

Malgré leurs attentes, la plus importante partie de l’allocation des investisseurs de la « Génération Y » est investie en monétaire depuis le début 2016.

Allocation d’actifs moyenne de la « Génération Y » au niveau mondial en 2016 :

  • 24% monétaire
  • 19% actions
  • 18% immobilier
  • 17% obligataire
  • 9% actifs non traditionnels
  • 9% or / métaux précieux
  • 4% autres

La majorité des investisseurs de la « Génération Y » aux Etats-Unis se disent conservateurs (78%), contre une moyenne de 61% des investisseurs de la même génération au niveau mondial. Les investisseurs asiatiques se considèrent plutôt agressifs (46%).

Par rapport à l’année dernière, plus des trois-quarts des investisseurs interrogés (78%) confient avoir désormais une aversion au risque plus marquée.

Une vision court-termiste du long terme

A la question : « Quelle est la durée d’un l’investissement à long terme ? » 35% des investisseurs de la « Génération Y » répondent deux ans ou moins, 26% entre 2 et 5 ans, 25 % entre 5 et 10 ans et seulement 13% d’entre eux l’envisagent comme un horizon de plus de 10 ans. Seuls les australiens montrent une vraie tendance pour le long terme, avec 36% des réponses définissant le long terme comme un investissement de plus de 10 ans.

« Les investisseurs de la « Génération Y » sont plutôt conservateurs et nous nous demandons si ce n’est pas un héritage du passé », explique Matthew Schiffman, Directeur exécutif et Directeur du Marketing Monde de Legg Mason. « Ma génération est celle des investisseurs qui ont évolué dans un environnement de marché haussier, dans les années 1980, où nous étions récompensés pour les risques que nous prenions. A contrario, mes parents ont vécu enfants l’époque de la grande dépression dont le souvenir les a conduits à être des investisseurs extrêmement prudents.
Aujourd’hui, du moins aux Etats-Unis, la « Génération Y » est issue d’une période mouvementée allant de l’éclatement de la bulle Internet à la Grande Récession. Comme la génération de mes parents, la génération Y adopte peut-être une approche conservatrice à cause de l’histoire qu’ils ont vécue »
, ajoute-il.

« La question que nous devons nous poser est : avec une durée de vie qui s’allonge et tous les coûts qu’elle implique, en n’investissant pas sur des actifs plus axés sur la croissance, où le risque et la rémunération sont proportionnels, la « Génération Y » ne prend-elle pas le risque de se mettre en difficulté pour la formation de capitaux à l’avenir ? » s’interroge Matthew Schiffman.

Les investisseurs de la « Génération Y » sont ouverts sur le monde et utilisent les ETF pour investir sur les actions

86% des investisseurs de la « Génération Y » interrogés au niveau mondial, soit près de 9 investisseurs sur 10, déclarent investir en moyenne 24% de leurs portefeuilles en dehors de leur pays. 83% d’entre eux affirment qu’ils seront plus concentrés sur l’international en 2016, qu’ils ne l’étaient en 2015.

Selon l’étude, la « Génération Y » perçoit la Chine, la Russie, les Etats-Unis, le Japon et le Mexique comme les 5 pays présentant le plus de risque en termes d’investissements.

Pour ce qui est de la manière dont ils investissent en actions, 91% des investisseurs de la « Génération Y » déclarent placer leurs investissements en ETF. Les investisseurs américains sont les plus friands d’ETF, qui représentent 97% de leurs investissements en actions, contre 82% pour les australiens qui sont ceux qui utilisent le moins les ETF dans l’échantillon.

Un niveau de vie confortable comme principal objectif d’investissement

Le top 3 des objectifs d’investissements de la « Génération Y », à travers le monde :

  • Profiter d’un niveau de vie confortable (86%)
  • Epargner pour sa famille ou l’éducation des enfants (38%)
  • Se constituer une épargne-retraite (32%)

Les investisseurs américains de la « Génération Y » sont plus nombreux à déclarer que leur objectif est de partir à la retraite tôt ou de quitter leur emploi (45%), contre une moyenne générale de 28% pour l’ensemble des investisseurs.

Les investisseurs de la « Génération Y » qui sont les plus focalisés sur le fait d’investir dans le but de bâtir leur propre entreprise sont les latino-américains (43%), contre 22% en moyenne pour l’ensemble de Génération Y à l’échelle mondiale.

Next Finance , 23 mai

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note La recherche de rendement, un exercice de plus en plus difficile

Sous l’action des banques centrales, la thématique de la recherche de rendement a été exacerbée ces dernières années, aplatissant les courbes et tirant de plus en plus bas les niveaux de rendement des obligations, parfois jusqu’en territoire négatif. Il faut aujourd’hui prendre de (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés