Les grandes tendances de l’immobilier de luxe parisien au 1er semestre 2016

Au terme d’un 1er semestre dynamique et réactif, John Taylor Paris dévoile les grandes tendances qui ont marqué le début de l’année 2016 sur le marché immobilier d’exception parisien.

  • Retour des acquéreurs français au 1er semestre dans le segment haut de gamme
  • Un net raccourcissement des délais de commercialisation
  • Une forte demande de la part de la clientèle du proche et moyen Orient
  • Un décret de plafonnement des loyers inadapté au segment haut de gamme

Jean-Philippe Roux, directeur de l’agence John Taylor Paris, explique : « Nous observons depuis le début de l’année une augmentation de notre activité, avec un nombre de ventes au 1er septembre 2016 supérieur au nombre de ventes réalisées sur l’année 2015. En effet, le marché parisien semble avoir atteint un point d’équilibre avec des prix globalement stabilisés, après plusieurs années d’érosion des valeurs : les propriétaires disposant de réels projets de vente ont revu leurs ambitions à la baisse et les acquéreurs bénéficient de conditions de financement très avantageuses. » Le volume des transactions à Paris est en nette augmentation par rapport à 2015, sans pour autant être revenu au rythme élevé des années 2000/2007.

Le retour des acquéreurs français au 1er semestre

John Taylor Paris a ainsi quasiment doublé sa proportion d’acquéreurs français (dont certains sont non-résidents), qui représente désormais 40 % de ses acquéreurs au 1er semestre.

En effet, de manière quelque peu inattendue, 2016, sur le segment haut de gamme, s’est démarquée par le retour d’acquéreurs français à la recherche de biens prestigieux, y compris pour des valeurs supérieures à 5 millions d’euros - un segment de prix où l’on trouvait principalement des acquéreurs étrangers.

Un raccourcissement des délais de commercialisation

A noter que les positions des vendeurs et acquéreurs se rejoignent, avec pour conséquence un net raccourcissement des délais de commercialisation. « Avec des propriétaires à l’écoute du marché et de nos estimations, et des acquéreurs réactifs, nous avons connu en 2016 des ventes très rapides avec peu ou pas de négociation. L’heure n’est plus aux offres à la casse sur des biens longtemps restés à la vente avec des prix de présentation irréalistes ; le segment du haut de gamme a retrouvé davantage de fluidité. », poursuit Jean-Philippe Roux. Les commercialisations sont particulièrement rapides pour les appartements « clé en main ».

A condition de se trouver dans des localisations « prime » comme le Triangle d’Or ou Saint Germain des Prés, le concept de l’appartement livré totalement « clés en mains », décoré, climatisé, aménagé et meublé aux goûts et standards des acquéreurs internationaux trouve preneur en moins de deux à trois mois après sa livraison, à des valeurs sensiblement plus élevées que la moyenne du quartier : de 20 à 32 000 € du m2 dans le Triangle d’Or et à Saint Germain des Prés. L’avenue Montaigne et les vues Seine ou monuments demeurant en tête en termes de valeur.

Ainsi, 2016 a été marquée également par l’augmentation du nombre de sociétés spécialisées dans l’achat et la revente d’appartements haut de gamme « clés en mains ». De deux ou trois intervenants reconnus en 2015, leur nombre est passé à une dizaine. « En effet, le centre de Paris ne peut pas offrir d’immeubles neufs haut de gamme, en raison de l’absence de foncier disponible et des difficultés légales et administratives à pouvoir disposer d’un immeuble ancien vacant à réhabiliter, contrairement à d’autres capitales comme Londres ou New York. », explique Jean-Philippe Roux de John Taylor Paris.

Une forte demande de la part de la clientèle du proche et moyen Orient

Les nationalités des acquéreurs pour ce type de biens « clés en mains » ont été très variées en 2016 : Liban, Emirats, Singapour, Turquie et Suisse. D’une manière générale, si l’on peut constater une défection de la clientèle anglo-saxonne, la demande est très soutenue de la part de la clientèle du proche et moyen Orient.

Jean-Philippe Roux ajoute : « Depuis début septembre nous enchainons les visites à un rythme soutenu et avons été ravis de retrouver des nationalités qui avaient disparu ces deux dernières années : c’est le cas de l’Asie (Singapour et Hong Kong) et du Brésil. Depuis la fin des Jeux Olympiques, nous avons enregistré en 10 jours 4 demandes très sérieuses de beaux appartement de 150 à 300 m² de la part de clients brésiliens ».

Ces acquisitions se font généralement dans une optique patrimoniale d’investissement à long terme au titre de résidence secondaire. L’agence est ainsi de plus en plus sollicitée par ces investisseurs qui lui confient des appartements meublés en location longue durée.

Le segment du haut de gamme en décalage avec le plafonnement des loyers

A Paris, le décret de plafonnement des loyers, avec des valeurs maximales de 30/34 € / m² /mois, n’est pas adapté aux valeurs locatives historiquement pratiquées sur le haut de gamme.

« Nous conseillons à nos clients de pratiquer un complément de loyer pour caractère exceptionnel, chaque fois que cela est possible », commente Jean-Philippe Roux.

Le département location de l’agence intervient également pour le compte de propriétaires institutionnels pour leurs grands appartements : les preneurs sont en majorité des personnes morales (sociétés et ambassades).

Next Finance , 12 octobre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés