AVIVA Advertisement AVIVA
›  Note 

Les gérants d’actifs européens rationalisent davantage mais les opérations de fusion acquisition restent peu probables

Néanmoins, Fitch Ratings s’attend à ce que l’acquisition de petites boutiques spécialisées reste à l’ordre du jour chez les gestionnaires d’actifs désireux de renforcer leurs compétences, leurs bases de produits et de clientèle ou leurs canaux de distribution…

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Selon Fitch Ratings, les gestionnaires d’actifs européens rationalisent davantage, mais les opérations de fusion acquisition restent peu probables. La plupart des gérants peuvent opter pour des stratégies moins intrusives, comme la diminution du nombre de fonds et la réduction des coûts pour s’attaquer à la pression sur les marges dans un marché fragmenté et concurrentiel, plutôt que d’opter pour des opérations de fusion acquisition.

« Nous avons déjà souligné que l’élimination d’activités connexes et la réduction du nombre de fonds resteront des éléments importants de rationalisation dans l’industrie de la gestion d’actifs » indique Fitch. Environ 250 fonds sont actuellement supprimés chaque trimestre sur le marché européen.

Mais, d’autres possibilités de rationalisation demeurent en raison d’un marché fragmenté. Par exemple, 65% des gammes de fonds transfrontaliers ne dispose pas d’un fonds phare affichant un encours supérieur à un milliard d’euros.

« Nous ne nous attendons pas à une généralisation des opérations de fusion acquisition car les candidats de taille importante se font rares, sans compter que ces opérations peuvent présenter des risques considérables. Des différences culturelles notables sont possibles, outre d’éventuelles décollectes en termes d’encours. D’autres défis se font également jour en la matière, comme l’impact négatif au niveau du profil de crédit du gestionnaire d’actifs si une acquisition nécessite un financement par la dette, mais aussi les obstacles réglementaires liés à l’approbation de l’opération et le risque de surpayer la cible dans un marché concurrentiel, en particulier si les prix s’affolent » explique Fitch.

En outre, le paysage européen est très différent des États-Unis, avec une composante beaucoup plus captive de l’activité - notamment celle des filiales des sociétés d’assurance - plus difficile à passer à la concurrence. Ceci explique en partie par les différences dans le rythme et l’ampleur de la consolidation des deux côtés de l’Atlantique.

« Néanmoins, nous nous attendons à voir davantage de sélectivité dans les opérations de fusion acquisition des gestionnaires d’actifs européens, en raison notamment des besoins croissants des investisseurs institutionnels dans des domaines tels que la gestion alternative, le private equity et l’immobilier » indique Fitch.

L’acquisition par Aberdeen Asset Management (A-/Stable) de Scottish Widows Investment Partnership et de Cazenove Capital par Schroders (A+/Stable), au Royaume-Uni, sont des exemples récents d’acquisitions sélectives.

L’opération réalisée par Aberdeen lui permet de se renforcer dans le domaine des actions britanniques et sur le marché obligataire, tandis que Schroders a étendu ses activités dans le domaine de la banque privée. « Nous nous attendons à ce que l’acquisition de petites boutiques spécialisées reste à l’ordre du jour chez les gestionnaires d’actifs désireux de renforcer leurs compétences, leurs bases de produits et de clientèle ou leurs canaux de distribution » prévoit Fitch.

Les gestionnaires d’actifs européens ont également suscité l’intérêt des acteurs étrangers, comme le montre la récente offre de la Banque de Montréal pour F&C Asset Management, la vente de Robeco au japonais Orix et de Dexia Asset Management au groupe New York Life en 2013.

Ces opérations renforcent la croissance de leurs plates-formes et augmentent la diversification géographique des fonds d’investissements, axés auparavant sur l’Amérique du Nord ou la région asiatique.

Next Finance , Février 2014

Article aussi disponible en : English EN | français FR

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés