›  Opinion 

Les banques se joignent à la rotation sectorielle

Après les valeurs cycliques liées de près ou de loin aux matières premières, en violente reprise depuis mars, les banques semblent se joindre depuis peu à la forte rotation sectorielle en cours au bénéfice des valeurs massacrées durant la (les) crise(s) que nous venons de vivre depuis 2008...

Après les valeurs cycliques liées de près ou de loin aux matières premières, en violente reprise depuis mars, les banques semblent se joindre depuis peu à la forte rotation sectorielle en cours au bénéfice des valeurs massacrées durant la (les) crise(s) que nous venons de vivre depuis 2008. La raison principale en est la perception d’une inversion durable du cycle de baisse des taux, vraie ou anticipée par les marchés, dont les banques centrales, l’américaine en premier lieu, mais également la banque du Japon parlant de pentification souhaitée de la courbe des taux ainsi même que la banque centrale européenne avec un discours depuis peu plus mesuré de M.Draghi.

Il faut y voir également l’amélioration certes relative mais bien réelle des résultats publiés par les (meilleures) banques

En effet, l’essentiel des modifications réglementaires est sans doute maintenant derrière nous, les recapitalisations sont (parfois) déjà faîtes et grâce à la modeste reprise cyclique en cours en Europe : hausse des volumes de crédits accordés et baisse du montant des crédits non performants viennent améliorer les perspectives. Nous trouvons ce rebond entamé justifié compte tenu des très faibles valorisations encore affichées par beaucoup de banques européennes mais recommandons de se focaliser sur les bonnes banques plutôt que sur celles encore fragiles, dans un environnement de taux zéro bien sûr toujours hostile.

L’équipe Allocation d’Actifs , Novembre 2016

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés