›  Opinion 

Les actions de la zone euro ont accumulé du retard depuis le début de l’année

Les actifs risqués ont poursuivi leur progression en août, dans un marché où la volatilité a été particulièrement faible et les volumes sont restés modestes. Ce rebond s’explique en grande partie par l’amélioration de l’environnement économique mondial, notamment aux Etats-Unis et au sein des pays émergents...

Les actifs risqués ont poursuivi leur progression en août, dans un marché où la volatilité a été particulièrement faible et les volumes sont restés modestes. Ce rebond s’explique en grande partie par l’amélioration de l’environnement économique mondial, notamment aux Etats-Unis et au sein des pays émergents, après un premier semestre singulièrement atone. Par ailleurs, même s’il est encore bien trop tôt pour prendre la mesure de l’impact économique du Brexit, la poursuite de la bonne tenue des enquêtes de conjoncture de la zone euro après le choc politique est une nouvelle plutôt rassurante.

L’économie mondiale retrouve enfin son potentiel et devrait confirmer cette tendance au cours des prochains mois, ce qui, dans un contexte de taux extrêmement bas, constitue un cadre favorable aux marchés actions, certes devenues plutôt chères mais les niveaux de valorisation restent fréquentables. Bien qu’il serait légitime de prendre quelques profits après un rebond post-Brexit aussi long que surprenant, nous préférons conserver notre légère surpondération en actions, quitte à profiter de la faiblesse de la volatilité implicite pour acheter des protections à bas prix dans les portefeuilles. En effet, il nous semble que les investisseurs qui avaient déjà bien réduit leurs risques à l’approche du référendum britannique n’ont pas pu beaucoup se réexposer, ce qui peut autoentretenir quelques temps la dynamique actuelle.

- LES MARCHÉS ÉMERGENTS ENREGISTRENT UNE PERFORMANCE SPECTACULAIRE

Le retour des investisseurs sur les marchés émergents a été très significatif ces dernières semaines après une phase de défiance extrême. Le risque chinois qui agitait tant les marchés en début d’année s’est atténué et la situation brésilienne s’est améliorée tant sur le front économique que politique. Le prix des matières premières s’est stabilisé après un long parcours chaotique. Enfin, les marchés considéraient que la Réserve fédérale n’était plus en situation de resserrer sa politique monétaire, signal fort laissant penser que les principaux risques s’étaient bien dissipés au sein du monde émergent.

Ainsi, l’indice MSCI actions émergentes comme l’EMBI (dettes émergentes en devises dures) enregistrent une hausse de pratiquement 15% depuis le début de l’année, une performance spectaculaire par rapport aux autres classes d’actifs.

Toutefois, deux éléments nous laissent penser que ce rally ne sera pas en ligne droite :

  • au regard des conditions actuelles, nous estimons que la Réserve fédérale retrouvera le chemin du resserrement monétaire avant la fin de l’année, ce qui est mal intégré par les marchés
  • l’accélération conjoncturelle des pays développés dont ont bénéficié les pays asiatiques ne peut pas être extrapolé à nos yeux.

- LES ACTIONS DE LA ZONE EURO PEUVENT PROFITER D’UN REBOND DU DOLLAR

Nous sous-pondérons tactiquement le poids des actions émergentes pour renforcer le poids des actions de la zone euro, ayant accumulé un certain retard depuis le début de l’année et à même de profiter d’un rebond du dollar qui accompagnerait une hausse de taux de la Réserve fédérale.

41 % C’est la probabilité d’une hausse de taux de la Fed en septembre (au 31 août 2016)

Sur les marchés obligataires, nous continuons à privilégier les obligations à haut rendement et les obligations financières en Europe, l’environnement économique favorable et la stratégie de la BCE favorisant toujours le portage. Nous sous-pondérons les obligations américaines pour nous prémunir du risque monétaire américain et continuons à privilégier les stratégies d’aplatissement de courbe en Europe. Nous confirmons sinon une surpondération du dollar dans les portefeuilles.

Benjamin Melman , 5 septembre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Solvabilité II : peut-on valoriser les engagements des assureurs comme des produits dérivés ?

Alors que la directive Solvabilité II est entrée en vigueur et mise en œuvre dans les compagnies d’assurance européennes depuis le 1er Janvier 2016, de nombreuses questions se posent encore quant à l’utilisation de la théorie des options en finance pour valoriser les engagements des (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés