Assurance-vie du mois de juillet : "Les Français plus fourmis que cigales cet été"

Malgré la baisse du rendement des fonds euros, les Français ne se détournent pas de l’assurance-vie. Après un décevant mois de juin, le premier produit d’épargne des Français a enregistré une collecte positive de 3,4 milliards d’euros au mois de juillet (contre 800 millions d’euros au mois de juin) et retrouve ainsi toutes ses couleurs.

Malgré la baisse du rendement des fonds euros, les Français ne se détournent pas de l’assurance-vie. Après un décevant mois de juin, le premier produit d’épargne des Français a enregistré une collecte positive de 3,4 milliards d’euros au mois de juillet (contre 800 millions d’euros au mois de juin) et retrouve ainsi toutes ses couleurs.

Le mois de juillet est traditionnellement un bon mois pour l’assurance-vie. Les Français effectuent des arbitrages entre leurs placements durant ce premier mois des vacances. Les primes versées en fin de premier semestre donnent lieu traditionnellement à des flux supplémentaires d’épargne dont profitent le Livret A et l’assurance-Vie. Par ailleurs, les Français qui ont laissé dormir des sommes importantes sur leurs comptes courants commencent à les affecter sur les différents produits d’épargne qu’ils possèdent. Le passage du taux du Plan d’Epargne Logement à 1 %, annoncé au mois du juillet, a pu également inciter des ménages à revenir sur l’assurance-vie. Les cotisations brutes ont ainsi progressé en juillet pour atteindre 12,3 milliards d’euros contre 11 milliards d’euros en juin. De leur côté, les rachats ont été très mesurés, à 8,9 milliards d’euros contre 10,2 milliards d’euros en juin. Dans ces conditions, l’encours de l’assurance-vie atteint 1615 milliards d’euros.

La collecte en unités de compte a été de 2,2 milliards d’euros soit près de 18 % de la collecte totale. Sur les sept premiers mois de l’année, la collecte d’UC représente 19 % du montant des cotisations. Malgré la baisse des taux, les unités de compte n’arrivent pas à franchir la barre des 20 %. Les ménages français éprouvent des difficultés à franchir le cap et à s’exposer à un peu plus de risques.

Le regain de forme du Livret A et de l’assurance-vie semble indiquer que les Français souhaitent maintenir un niveau élevé d’épargne. Il n’est pas impossible que nous assistions à un effet d’encaisse. Pour contrecarrer le faible rendement des produits de taux, les Français pourraient épargner davantage afin de respecter leur plan de route en matière de constitution de patrimoine.

Philippe Crevel , 29 août

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés