AVIVA Advertisement AVIVA
›  News 

Le volume des contrats dérivés de gré à gré sur taux d’intérêt s’établissait en hausse, à 2 700 milliards de dollars, en avril 2016

Les résultats de l’enquête triennale BRI (Triennial Central Bank Survey) relative à l’activité mondiale sur les marchés des changes et des dérivés de gré à gré indiquent que les instruments libellés en dollar sont désormais les dérivés de gré à gré sur taux d’intérêt les plus activement négociés, devançant ainsi les instruments en euro.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Le volume journalier des contrats dérivés de gré à gré sur taux d’intérêt dans une seule monnaie s’est établi, en moyenne, à 2 700 milliards de dollars en avril 2016, contre 2 300 milliards en avril 2013. Ce sont les swaps de taux d’intérêt qui étaient, en 2016, les instruments les plus activement négociés (1 900 milliards de dollars par jour), suivis par les contrats de taux à terme (700 milliards de dollars).

Le volume des dérivés libellés en euro, traditionnellement les instruments de taux les plus négociés de gré à gré, a reculé à 600 milliards de dollars par jour en avril 2016. Les instruments libellés en dollar ont, au contraire, enregistré une hausse, à 1 400 milliards de dollars. Le volume des transactions a augmenté pour de nombreux instruments libellés dans des monnaies de marchés émergents, même si la dépréciation de nombre de ces monnaies par rapport au dollar réduit l’expansion enregistrée entre 2013 et 2016 lorsqu’elle est mesurée en dollar. Parmi les monnaies des marchés émergents, c’est le peso mexicain qui a fait l’objet du plus gros volume d’activité sur les dérivés de gré à gré : celui-ci a doublé entre 2013 et 2016, atteignant 26 000 milliards de dollars par jour.

Les établissements financiers autres que les opérateurs déclarants ont continué à dominer l’activité sur les marchés des dérivés de gré à gré sur taux d’intérêt. Leur part est ainsi passée de 59 % en avril 2013 à 66 % en avril 2016. Les transactions entre opérateurs déclarants ont touché un creux historique, à 26 % du total de l’activité.

Sur le plan de la distribution géographique, les États-Unis sont devenus le premier centre de négociation de ces dérivés, devançant ainsi le Royaume-Uni. La part des États-Unis dans le total de l’activité est en effet passée de 23 % à 41 % entre avril 2013 et avril 2016, du fait, principalement, de la progression des transactions sur instruments libellés en dollar. Sur la même période, la part du Royaume-Uni est revenue de 50 % à 39 %, en raison notamment de la faiblesse de l’activité en euro, pour lequel le Royaume-Uni demeure la première place de négociation.

Next Finance , Septembre 2016

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

News La Société ontarienne de financement de la croissance recherche des gérants de fonds

Afin de soutenir la création du Fonds d’actions pour le secteur des technologies propres (Ontario), la Société ontarienne de financement de la croissance (SOFC) a publié une demande de déclarations d’intérêt pour trouver des gérants de (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés