AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

Brésil : Le risque politique est de retour

Alors que le risque politique semblait être devenu l’apanage des pays développés, le Brésil nous a récemment et brutalement rappelé que l’instabilité politique liée à la présidence du pays était encore à l’ordre du jour au sein des marchés émergents.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Les actions et les obligations brésiliennes ainsi que la devise locale ont été secouées jeudi dernier à l’aube d’une nouvelle crise politique menaçant de bousculer les plans du gouvernement pour faire sortir le pays de la récession.

La police brésilienne a procédé à de nombreuses arrestations et fouilles suite aux révélations accusant le président Michel Temer d’avoir validé le versement de pots-de-vin afin d’acheter le silence de l’un des acteurs principaux du scandale de corruption de mai 2016 – épisode qui avait alors provoqué la destitution et à l’évincement de l’ancienne présidente Dilma Roussef. Michel Temer a réfuté les accusations.

L’indice Ibovespa a stoppé sa chute après avoir plongé de 8,8% jeudi dernier, tandis que le Real a enregistré sa plus forte baisse depuis 1999 malgré l’intervention de la banque centrale.

Le rendement des obligations souveraines en dollars américains affiche une hausse fulgurante de 56 points de base, pour atteindre les 5,09%.

Même si la contagion aux autres marchés émergents semble limitée, les événements au Brésil méritent l’attention et l’œil avisé des gérants actifs.

Legg Mason , 29 mai

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés