Le marché des bureaux à Lyon affiche une excellente année 2017 avec 270 000 m² placés

Avec 270 000 m² placés en bureaux en 2017, le marché lyonnais reste très dynamique malgré un léger retrait par rapport à l’année précédente où 293 000 m² ont été commercialisés.

« Ce retrait s’explique essentiellement par l’absence de grands deals. La transaction la plus significative du marché en 2017 représente 6 000 m² (Ministère de la Justice à Gerland) tandis que l’année 2016 a connu trois transactions supérieures à 10 000 m² », explique Benoît de Fougeroux, Directeur Régional Rhône Alpes de BNP Paribas Real Estate Transaction.

En revanche, le nombre de transactions réalisées en 2017, soit 600, est supérieur à celui de 2016. Plus globalement, le nombre de transactions a connu une hausse de 42% en 4 ans.

L’offre disponible à un an est en baisse de 10% avec 487 000 m² tandis que le taux de vacances reste à l’équilibre, de l’ordre de 6%. L’offre neuve a fortement diminué et représente 185 000 m², soit -15% par rapport à l’année précédente. « Le challenge des promoteurs et des investisseurs de lancer certains immeubles en blanc se révèle aujourd’hui très positif et couronné de succès, dans un marché sein et maîtrisé », affirme Benoît de Fougeroux.

La pénurie de l’offre neuve est à constater notamment dans le secteur de la Part Dieu où les prochains immeubles neufs sont attendus d’ici deux à trois ans, tandis que les autres secteurs tels que Gerland, Confluence ou le Carré de Soie, disposeront très prochainement d’une offre neuve suffisante. En plus de ces secteurs classiques, l’ouest lyonnais se positionne en tant que 2ème quartier d’affaires en termes de transactions dans le seconde main, juste après la Part Dieu et suivi de Gerland.

Les valeurs locatives affichent une hausse et notamment dans le secteur de la Part Dieu. Elles dépassent 260€, à l’exemple de l’immeuble Silex où l’ensemble des baux ont été signés à 280€/m². « Les autres secteurs, bénéficiant de la pénurie de l’offre de la Part Dieu, affichent une hausse régulière des valeurs locatives, mais très raisonnable. Dans les trois prochaines années, nous attendons une augmentation des loyers à hauteur de 5 à 10€ par m² », indique Benoît de Fougeroux.

Le marché lyonnais de l’investissement s’est bien porté en 2017 par rapport à l’année précédente, avec un volume stable s’élevant à 900 M€, toutes classes d’actifs confondues. La part du secteur tertiaire, porteur du marché en 2017, est en hausse de 21% et représente 730 M€. « L’appétit des investisseurs pour le marché lyonnais est toujours très présent, mais entièrement dépendant de l’offre neuve qui est actuellement très limitée », commente Benoît de Fougeroux.

Certains investisseurs français tels que la CAVP, privilégiant les investissements en Ile-de-France, ont réalisé en 2017 leurs premières opérations en régions, et notamment à Lyon avec l’acquisition en blanc de l’immeuble Organdi dans le secteur du Carré de Soie, développant 14 000 m². Les investisseurs allemand sont de retour également avec DEKA qui a acquis l’immeuble New Deal pour un montant supérieur à 100 M€.

« Avec une rentrée très active et quelques méga deals à venir, dont un de plus de 20 000 m², nous sommes très confiants pour l’année 2018 qui sera à l’image de l’année 2017 voire meilleure, que ce soit en location ou en investissement », conclut Benoît de Fougeroux.

Next Finance , 5 février

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés