›  News 

Le L/S Credit rebondit alors que draghi va encore plus loin

L’indice Lyxor Hedge Fund a perdu 1,3% en avril. Sur 10 indices Lyxor, 4 ont terminé le mois en territoire positif. L’indice Lyxor Fixed Income Arbitrage (+2,2%), l’indice Lyxor L/S Credit Arbitrage (+1,0%) et l’indice Lyxor Special Situations (+0,7%) ont signé les meilleures performances.

  • En avril, le ton conciliant des banques centrales et la publication de statistiques supérieures aux attentes en Chine ont contribué à la stabilisation des marchés après le rebond de mars. L’univers du crédit a été soutenu par l’annonce du programme de rachat d’obligations d’entreprises de la BCE en Europe et par le redressement des prix du pétrole aux Etats-Unis. Les spreads de crédit se sont par conséquent resserrés tant sur le segment du haut rendement que sur celui des titres de qualité investment grade. Parallèlement, les rendements des emprunts d’Etat américains et européens, qui s’établissent à des niveaux historiquement bas, ont augmenté sur fond de regain de l’appétit pour le risque. Les marchés actions ont légèrement progressé aux Etats-Unis, en Europe et dans les marchés émergents, tandis que les actions japonaises ont perdu du terrain. Le dollar américain a continué de s’affaiblir, en particulier face au yen et aux devises émergentes.
  • Dans ce contexte, l’indice Lyxor Hedge Fund a cédé 1,3% sur le mois, les gérants CTA et Macro ayant sous-performé. Les CTA ont souffert de la hausse des rendements obligataires, tandis que les fonds Macro ont été pénalisés par leurs portefeuilles devises et actions. Les fonds L/S Equity ont généré des rendements décevants du fait de leur positionnement défensif.

    La stratégie Fixed Income et Credit Arbitrage a tiré son épingle du jeu en s’adjugeant 1,7%.

  • La stratégie Fixed Income et Credit Arbitrage a surperformé, portée par les matières premières et l’appétit pour le risque au niveau global. Tous les gérants Lyxor L/S Credit ont clôturé le mois en territoire positif, avec une surperformance des gérants asiatiques. Leurs positions sur les secteurs de l’énergie, des matériaux de base et de la consommation cyclique se sont révélées particulièrement rémunératrices en avril.
  • Les gérants Event Driven sont parvenus à limiter les pertes (-1,2%) malgré l’échec du rapprochement Pfizer/Allergan. La fusion a été annulée suite à de nouvelles pressions réglementaires visant à décourager les opérations d’inversion fiscale aux EtatsUnis. Si un certain nombre de fonds Event Driven étaient positionnés en vue de cette transaction, la perte moyenne subie par les portefeuilles s’est avérée modérée. L’exposition globalement limitée des gérants aux opérations d’inversion fiscale a permis de maîtriser l’effet de contagion. Les stratégies Merger Arbitrage ont clôturé le mois en baisse de 2%, bien que les pertes aient été partiellement compensées par le resserrement des spreads sur plusieurs opérations (Shire/Baxalta, Aetan/Humana et Time Warner Cable/Charter Com).

    Les fonds Special Situations ont quant à eux enregisté une performance de +0,7%, soutenu par le regain de l’appétit pour le risque et des investissements rentables dans les secteurs des matériaux de base, de la consommation et de l’énergie.

  • Les gérants L/S Equity (-1,3%) ont difficilement fait face aux rotations des secteurs et des facteurs de risque. Les valeurs décotées ont poursuivi leur rebond, tandis que les valeurs de momentum étaient à la traîne. Les fonds Market Neutral ont donc sousperformé (-1,8%) en raison de leur biais momentum. La sous-stratégie Long Bias a accusé de très légères pertes (-0,3%), ce chiffre dissimulant toutefois des résultats mitigés parmi les fonds. Certains gérants, au biais le plus long, ont surperformé grâce à leur surpondération des titres « value » et à leur directionnalité structurelle. D’autres ont sous performé, sanctionnés par leur positionnement prudent.

    Dans l’ensemble, les fonds Equity L/S ont maintenu leurs positions sur les valeurs défensives (qui ont signé un beau parcours en 2015) et sont donc restés en marge du rebond des valeurs cycliques.

    Les fonds L/S Emerging ont quant à eux sous-performé, pénalisés par leur exposition nette courte à l’énergie et aux matériaux.

  • Les CTA ont souffert (-1,6%) de la hausse des rendements des obligations américaines et européennes. Les modèles à long terme (-1,6%) ont surperformé leurs homologues à court terme (-2,1%). Les gains enregistrés début avril sur les positionnements baissiers des modèles à long terme, ont été effacés lors de la phase de regain d’appétit pour le risque. Les positions défensives sur les poches obligations (position longue) et énergie (position courte) ont souffert de la hausse des rendements souverains et de l’envolée des prix du pétrole (le Brent a crû de 18% en une semaine avant le sommet de Doha). Les pertes sont toutefois restées limitées grâce à des positions nettement moins agressives en avril. Les devises ont représenté l’unique contribution positive. L’affaiblissement du dollar américain (suite aux annonces accommodantes de la Fed) a soutenu les positions courtes dollar par rapport aux devises liées aux matières premières et au JPY.

    Les modèles à court terme ont été sanctionnés par des paris tactiques sur les indices actions, dans un contexte où les tendances de marché se sont inversées au cours du mois.

  • Les gérants Global Macro ont sous-performé (-1,7%), sanctionnés par leurs portefeuilles devises et actions. Les résultats sont toutefois ressortis en demi-teinte parmi les différents gérants. Ceux affichant un biais long sur les actions européennes et japonaises ont été desservis par la hausse de la volatilité des actions. Les gérants positionnés en vue de profiter des faibles valorisations et des politiques monétaires accommodantes, ont été fortement touchés par le statu quo inattendu de la BoJ. La poche devises a quant à elle freiné la performance. Les bons résultats réalisés sur les positions longues devises émergentes vs USD n’ont pas réussi à neutraliser les pertes enregistrées par les positions courtes des devises des marchés développés (et en particulier le JPY).

La hausse des prix des matières premières a grevé l’allocation courte (quoique minime) aux secteurs de l’agriculture et de l’énergie. Enfin, leur positionnement favorable à l’appétit pour le risque, notamment sur le portefeuille obligataire (exposition courte aux obligations américaines et britanniques) a permis de compenser une partie des pertes.

« Cet environnement, marqué par une atonie de la croissance des résultats des entreprises, est toujours difficile à appréhender. Les analystes tablent sur des bénéfices médiocres pour 2016, avec une croissance presque inexistante dans les pays développés. Nous surpondérons les CTA. Leur caractéristiques contracycliques nous semble être une couverture efficace contre la volatilité ainsi qu’une source de diversification de portefeuille attractive. » déclare Philippe Ferreira, stratégiste senior Cross Asset chez Lyxor AM.

Next Finance , 24 mai

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

News Euronext lance la nouvelle version de son indice Low Carbon 100 Europe®

Euronext, le principal opérateur boursier de la zone euro, annonce un changement majeur de la méthodologie de l’indice Low Carbon 100 Europe® qui révolutionne l’approche méthodologique traditionnelle d’évaluation du niveau d’émission de CO2 d’une (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés