AVIVA Advertisement AVIVA

La task force du FSB sur le climat demande plus de transparence aux entreprises

Comment évaluer la responsabilité d’une entreprise en matière de changement climatique ? En améliorant la transparence des informations fournies aux investisseurs. Initiée par le G20, la task force sur le climat a déjà rendu ses conclusions.

Comment évaluer la responsabilité d’une entreprise en matière de changement climatique ? En améliorant la transparence des informations fournies aux investisseurs. Initiée par le G20, la task force sur le climat a déjà rendu ses conclusions.

Le déploiement de l’Investissement Socialement Responsable (ISR) gagnerait en dynamique grâce à la coordination et à l’harmonisation des pratiques des entreprises au niveau international. Créé en 2015 sous l’égide du conseil de stabilité financière ou Financial Stability Board (FSB) du G20, le groupe de travail baptisé TCFD (Task force on Climate-related Financial Disclosures) n’a pas perdu de temps. En effet, la task force présidée par Michael Bloomberg a rendu, le 29 juin 2017, ses recommandations finales au président du FSB, Mark Carney. L’objectif était de dresser des lignes directrices volontaires sur la trans­parence des entreprises en matière de climat. Ainsi, le rapport propose que les entreprises des pays du G20, tous secteurs d’activité confondus, publient, dans leur rapport financier, 11 éléments de transpa­rence, selon quatre strates : gouvernance, stratégie, gestion des risques, indicateurs et objectifs.

Décrire la résilience de la stratégie selon différents scénarios climatiques

Cette task force a également décidé de mettre l’accent sur la « matérialité » pour quatre secteurs clés identifiés en raison de leurs impacts : l’énergie, la construction, l’agriculture et l’agroalimentaire, et les transports. La TCFD recommande de se baser sur des scénarios climatiques, quand l’entreprise considère l’enjeu du climat « matériel » pour elle, c’est-à-dire significatif, pertinent : « Décrire la rési­lience de la stratégie de l’organisation, en prenant en compte différents scénarios climatiques, 2°C inclus ou plus bas ».

Gouvernance : la TCFD recommande de décrire l’approche et la gestion des risques et opportuni­tés liés au changement climatique par le Conseil d’Administration. Notamment, quelle est l’organi­sation mise en place ? Quelle place dans le pilo­tage de l’entreprise, au sein des décisions d’inves­tissement et des plans d’action ?

Stratégie : la TCFD recommande de décrire l’im­pact potentiel de différents scénarios climatiques, sur le modèle économique, la stratégie de dévé­loppement, et la stratégie financière. La TCFD préconise l’analyse et la publication des scéna­rios économiques de l’entreprise. Quels risques climatiques vont avoir un impact sur le modèle économique de l’entreprise à court, moyen et long terme ? À combien sont évalués les coûts et les pertes, ainsi que la performance de l’entreprise selon les scénarios ?

Gestion des risques : la task force propose d’identifier les risques physiques et non physiques liés au climat (réglementaire, technologique, économique, de réputation). Comment l’entreprise les intègre-t-elle à sa gestion globale des risques ? Comment les contrôle-t-elle ?

Eric Van La Beck , 5 octobre

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Réglementation Solvabilité 2 : focus sur le dampener actions

L’entrée en vigueur de Solvabilité II est maintenant imminente et les derniers calibrages se précisent. Notre équipe de recherche se propose ici de revenir sur l’un des éléments clé dans le calcul du SCR Marché : le fameux effet "dampener". Ce mécanisme, qui permet de moduler le choc (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés