AVIVA Advertisement AVIVA

La pierre, une aspiration de génération en génération

D’après une étude ELABE pour le Crédit Foncier, la propriété immobilière est une aspiration qui réunit toutes les générations. A tous les âges, elle est privilégiée pour la constitution d’un patrimoine.

Pour se constituer un patrimoine, les Français privilégient à tous les âges l’investissement immobilier au placement financier

Plus de neuf Français sur dix (92 %) jugent positive l’idée d’être propriétaire de son logement. Cette perception transcende les générations et prend ses racines tout d’abord dans le sentiment d’être chez soi (67 % des citations). La propriété est également perçue comme un moyen de se constituer un patrimoine pour son avenir (49 % des citations) et celui de ses enfants (54 %) ou un moyen de sécuriser sa situation à la retraite (50 %). Elle est également un moyen d’indépendance (37%).
Chez les plus jeunes, la propriété est synonyme de fierté (29 % chez les 25-34 ans) et de réussite sociale (27 % chez les 18-24 ans). La propriété n’est considérée comme inutile que par 3 % des personnes interrogées.

L’immobilier est privilégié pour se constituer un patrimoine : 7 Français sur 10 affirment qu’ils feraient le choix de la pierre s’ils recevaient une importante somme d’argent ; cette proportion est de 68 % parmi les actuels propriétaires de leur résidence principale et de 79 % parmi les locataires.

Mais l’accès au patrimoine immobilier est jugé de plus en plus difficile

Sept Français sur dix (71 %) considèrent qu’il est difficile ou très difficile de se constituer un patrimoine immobilier.
Une majorité partage le sentiment d’une difficulté qui s’est accrue par rapport à l’époque de leurs parents
(65% en moyenne, jusqu’à près de 3 sur 4 parmi les 18-35 ans, 54% parmi les plus de 65 ans).
La plupart impute cette dégradation à l’évolution du prix de l’immobilier, au pouvoir d’achat (respectivement 65% et 66%) et à l’instabilité et l’insécurité de la situation économique (54%). Un tiers mentionne le niveau d’imposition. 61 % d’entre eux jugent qu’il sera encore plus difficile pour leurs propres enfants lorsqu’ils auront le même âge.

Enfin, transmettre un patrimoine est une ambition partagée par toutes les générations

Si l’importance de la transmission est consensuelle (3 Français sur 4), elle partage les Français quant à l’attitude à adopter de son vivant pour transmettre : une courte majorité relative (39%) juge qu’il faut transmettre ce qu’il reste après avoir vécu le mieux possible.
A l’inverse, 32% affirment qu’il faut transmettre le plus possible. 29% estiment qu’il faut transmettre juste ce qu’il faut pour aider, mais pas plus.

Aujourd’hui, un quart des Français (25 %) déclare avoir un projet de transmission de patrimoine et près de deux sur cinq (37 %) y avoir déjà pensé.

Next Finance , 15 mars

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés