AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

La duration américaine offre une protection bienvenue

Après que le FOMC (Federal Open Market Committee) ait entériné sans surprise une nouvelle hausse de son principal taux directeur, Andrea Iannelli, Directeur, Investissements obligataires chez Fidelity International, explique pourquoi la duration américaine est une source de protection bienvenue opportune pour les investisseurs.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Les bons du Trésor américain ont en effet enregistré un nouveau mois de rendements positifs en mai, soutenus par l’incertitude persistante qui entoure la forme et le calendrier de la réforme fiscale aux États-Unis et par la publication de données économiques décevantes.

Aux niveaux actuellement observés, on peut considérer que la période du « Trump trade » durant laquelle les rendements des bons Trésor américain à 10 ans ont grimpé à 2,6 % plus tôt cette année, est terminée.

Bien que les valorisations et les positions de marché se soient normalisées au cours des deux derniers mois, nous conservons une position positive sur la duration américaine alors que de nouveaux obstacles à la croissance et aux rendements commencent à voir le jour.

Les pressions inflationnistes ont quelque peu diminué même si la nouvelle réduction de la production de l’OPEP pourrait soutenir les prix des matières premières à court terme. Par ailleurs, le « resserrement règlementaire » que connait la Chine, ainsi que la persistance des risques géopolitiques, pourraient avoir un effet de contagion négatif sur les prix des actifs à travers le monde.

Les derniers chiffres de l’inflation, bien que décevants, n’ont pas empêché la Fed de relever à nouveau ses taux lors de sa réunion de juin. Ce contexte ne devrait pas affecter significativement les bons du Trésor américain et nous tablons sur le maintien d’une extrême prudence de la Réserve fédérale qui fera tout pour éviter un nouveau « Taper tantrum ».

Alors que la plupart des actifs risqués se traitent à des niveaux historiquement élevées, la marge d’erreur qui s’offre aux investisseurs est limitée et la duration américaine représente une protection bienvenue dans un tel environnement.

Andrea Iannelli , 23 juin

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés