AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

La Longue Vue

Selon Mourtaza Asad-Syed, Directeur des investissements de Yomoni, les conditions de marchés restent favorables aux actifs de performance au détriment des actifs de rendement. Leurs allocations sont ainsi largement exposées aux actions et aux obligations risquées (obligations émergentes et à hauts rendements) et sous-exposées aux bons du Trésor.

Les indicateurs économiques publiés en février indiquent la même tendance que celle des mois précédents. Aux États-Unis, la croissance semble atteindre son pic d’activité, avec notamment des chiffres de l’emploi qui continuent à progresser, des salaires qui accélèrent et une inflation qui s’accentue au-delà des 2 %. En Europe, la croissance est plus modérée, elle engendre peu d’inflation, sauf en Allemagne, où l’économie pourrait également avoir atteint son pic — avec un taux de chômage passé sous les 4 %. Enfin, la balance commerciale chinoise augmente et confirme que l’économie du pays se stabilise.

Dans ce contexte, nous gardons comme scénario central à horizon 6 à 12 mois celui d’une croissance équilibrée, mais avec une probabilité de dérive inflationniste de 40 % et une probabilité de ralentissement de la croissance à 10 %.

Les conditions de marchés restent favorables aux actifs de performance au détriment des actifs de rendement. Nos allocations sont ainsi largement exposées aux actions et aux obligations risquées (obligations émergentes et à hauts rendements) et sous-exposées aux bons du Trésor. Au sein des actions, nous avons maintenu nos biais régionaux sur l’Europe, les pays émergents et l’Asie Pacifique qui nous paraissent sous-valorisées avec des potentiels de rattrapage, notamment comparées aux actions américaines plus avancées dans le cycle. Nous avons également maintenu notre exposition sectorielle aux banques européennes, qui ont profité de la hausse des taux longs, et nous avons initié une position dans le secteur des ressources de base, très dépendant de la croissance mondiale et notamment chinoise.

Les performances des profils

Le mois de février a été favorable à l’ensemble des profils Yomoni. Ces derniers ont bénéficié d’une hausse globale des actifs au cours du mois. Nous devons principalement la performance positive des profils aux actions — en particulier à celles des États-Unis et des pays émergents. Les États-Unis contribuent notamment à hauteur de 0,5 % dans un profil 6 (équilibré) qui finit le mois en hausse de 2,6 %.

A l’opposé, le pétrole pénalise quant à lui la performance de nos profils. Ces derniers terminent toutefois le mois très nettement positifs, allant de +0,5 % à +3,4 % du profil 2 au profil 10.

Le contexte de marché

Les actions mondiales ont significativement progressé en février (+2,6 %), avec une légère surperformance des marchés américains (+3,7 %), par rapport aux marchés émergents (+3,0 %) et européens (+2,6 %). Les taux longs ont baissé en Europe, faisant s’apprécier les bons du Trésor allemand de 2,0 % et français de 1,1 %. Par ailleurs, le dollar et l’or ont continué de progresser respectivement de 2,1 % et 3,1 %.

Mourtaza Asad-Syed , 9 mars

P.-S.

Les performances constatées sur les profils 2 (SRRI 3) à 10 (SRRI 5) du contrat Yomoni Vie tiennent compte des frais annuels de gestion du contrat dans le cadre du mandat d’arbitrage. Les supports d’investissements proposés présentent un risque de perte en capital.

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés