›  Note 

L’indice GX Private Equity de State Street indique que le capital-risque est la seule stratégie de private equity ayant accusé un repli au premier trimestre 2016

Dans leur ensemble, les performances demeurent relativement inchangées entre le quatrième trimestre 2015 et le premier trimestre 2016...

State Street Corporation a publié aujourd’hui les résultats de son indice de private equity, le GX Private Equity IndexSM (PEI), qui permet une analyse comparative de la performance des investissements en private equity sur un ensemble complet de données remontant à 1980. Au premier trimestre 2016, l’indice a enregistré une performance globale de 0,65 %.

« Au cours du premier trimestre de l’année 2016, la performance des fonds axés sur les États-Unis est restée inchangée par rapport au quatrième trimestre 2015 » commente Will Kinlaw, senior managing director, responsable mondial de State Street Associates, un groupe de State Street Global Exchange. « En raison du décalage dans le reporting des valorisations, ce communiqué ne reflète pas encore la décision prise fin juin par le Royaume-Uni de quitter l’Union européenne, mais avant le Brexit, les fonds de private equity axés sur l’Europe ont affiché un nouveau trimestre positif ».

S’appuyant sur des données provenant directement de sociétés en commandite, l’indice représentait plus de 2 000 milliards de dollars d’investissements en private equity et plus de 2 500 sociétés de private equity au 31 mars 2016.

Principaux autres résultats de l’indice au premier trimestre :

  • La performance des fonds axés sur les États-Unis est restée inchangée par rapport au trimestre précédent. Parmi les trois stratégies principales, le capital-risque a accusé un repli de 2,06 % tandis que les stratégies Buyout et Private Debt ont enregistré des gains de 0,67 % et 0,32 % respectivement. Sur douze mois, les fonds de private equity aux États-Unis ont affiché une hausse de 2,8 %.
  • La performance des fonds de capital-risque sur douze mois glissants présente une tendance en baisse, passant d’un niveau record de 29,4 % au second trimestre 2014 à 5,86 % au premier trimestre 2016.
  • Bien que les fonds de private equity axés sur l’Europe aient une fois de plus affiché un trimestre robuste (3,51 % de performance en dollars), cette performance équivaut à un recul de 1,26 % en euros, la monnaie européenne s’étant appréciée de 4,9 % au premier trimestre 2016 pour reperdre 2,5 % au second trimestre.
  • En termes de ratios de flux de trésorerie, les fonds axés sur l’Europe ont enregistré la plus forte activité de sortie sur les trois dernières années, avec un ratio de distribution par rapport aux engagements (DCC) de 1,18. Pour leur part, les fonds portant sur les marchés émergents et la région Asie-Pacifique ont davantage de nouveaux contrats actifs que les autres régions, avec un un ratio de contribution pour les engagements (PICC) de 1,10.

« L’incertitude des marchés boursiers et les craintes d’ordre macro-économiques ont probablement contribué à la contreperformance du capital-risque au cours du trimestre » ajoute Anthony Catino, Managing Director, Alternative Investment Solutions chez State Street. « Malgré ce repli, les investisseurs, en particulier les commandites et les investisseurs institutionnels, qui comprennent que ces performances ont historiquement un caractère cyclique, continuent de faire appel aux fonds de capital-risque comme moyen de diversification et pour accroître leur exposition à cette classe d’actifs ».

Next Finance , 22 août

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note La recherche de rendement, un exercice de plus en plus difficile

Sous l’action des banques centrales, la thématique de la recherche de rendement a été exacerbée ces dernières années, aplatissant les courbes et tirant de plus en plus bas les niveaux de rendement des obligations, parfois jusqu’en territoire négatif. Il faut aujourd’hui prendre de (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés