›  Note 

L’étude menée par le CFA Institute révèle l’impact majeur des robo-advisors sur la gestion des placements

Les professionnels de l’investissement s’inquiètent des imperfections des services de conseil automatisés, des risques de vente abusive de conseils financiers et de possibles défauts en matière de protection des données.

Une étude réalisée auprès des membres du CFA Institute, l’association mondiale des professionnels de l’investissement, révèle que parmi le nombre toujours croissant d’innovations technologiques dans le secteur de la finance, ce sont les robo-advisors (robots conseillers) qui auront l’impact le plus conséquent à court (un an) et moyen terme (cinq ans).

Les professionnels interrogés estiment à une majorité écrasante (70 % d’entre eux) que cet impact sera positif pour les investisseurs grand public aisés, avec une réduction des coûts, un meilleur accès aux services de conseil et une plus grande variété de produits.

L’étude « Fintech  », qui a sondé les opinions des membres du CFA Institute à l’échelle mondiale, estime qu’il est improbable que les outils financiers automatisés remplacent le contact avec les conseillers en chair et en os pour les investisseurs institutionnels et les particuliers très fortunés. Le caractère « sur-mesure » du conseil financier pour ces segments de marché particuliers est en effet difficilement compatible avec l’automatisation et la standardisation qui caractérisent des outils tels que les robo-advisors. De fait, ces investisseurs, au portefeuille conséquent et aux besoins d’investissement potentiellement très divers et complexes, continueront sans doute à préférer un conseil personnalisé et à visage humain.

Ce qui divise le plus les participants de l’étude est l’impact des outils de conseil financier sur la fraude et la vente abusive, ainsi que sur la qualité des services de gestion : les avis sont divisés à part presque égale entre, d’un côté, les professionnels persuadés que la prévalence grandissante des outils de conseil financier accentuera la fraude et la vente abusive et, de l’autre, ceux qui sont convaincus du contraire.

Cependant, en termes de risques liés aux robo-advisors, ces mêmes professionnels estiment à 46 % que le risque le plus élevé concerne des défauts dans les algorithmes de gestion financière, suivis par la vente abusive (un risque élevé pour 30 % des personnes interrogées) et un défaut potentiel de protection des données (pour 12 % des personnes interrogées).

L’étude s’interroge en outre sur l’impact de la technologie « blockchain  », le registre de données décentralisé qui sert de base aux monnaies virtuelles, et qu’utilisent à titre expérimental les sociétés de services financiers. L’étude révèle que pour les membres du CFA Institute, ce sont les domaines de la compensation et du règlement, des monnaies alternatives et des services bancaires commerciaux qui risquent d’être les plus influencés par cette technologie.

Next Finance , 14 avril

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note La recherche de rendement, un exercice de plus en plus difficile

Sous l’action des banques centrales, la thématique de la recherche de rendement a été exacerbée ces dernières années, aplatissant les courbes et tirant de plus en plus bas les niveaux de rendement des obligations, parfois jusqu’en territoire négatif. Il faut aujourd’hui prendre de (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés