L’érosion des primo-accédants ralentit, mais se poursuit

À partir des prêts signés en février, Cafpi analyse le profil de sa clientèle. Après une forte chute en début d’année, la part des primo-accédants dans la clientèle Cafpi poursuit sa chute.

Elle ne représente plus que 44% des clients du courtier. « Les réformes entrées en vigueur au 1er janvier, conjuguées à la hausse des taux et des prix, désolvabilisent les ménages les plus modestes », précise Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Cafpi. Le projet de loi Logement à venir confirmera ou infirmera cette évolution. « Si la tendance ne s’inverse pas, il faut s’attendre à un profond ralentissement du marché en cours d’année », conclut-il.

Primo-accédants

Les réformes impactant les primo-accédants entrainent une hausse de leur emprunt moyen qui atteint 200 757 € sur 236 mois, contre 196 604 € sur 235 mois en janvier. Leur effort s’en retrouve à la baisse à 4,74 années de revenus contre 4,83 années il y a un mois.

Accédants

Du côté des autres accédants, l’emprunt moyen continue de diminuer passant de 190 795 € sur 187 mois en janvier à 187 826 € sur 189 mois en février. Leur effort lui s’en retrouve grandement diminué (4,15 années de revenus, contre 4,64 en janvier).

Next Finance , 20 mars

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés