›  Opinion 

L’environnement reste favorable aux actions mais le manque de catalyseur se fait sentir

Les marchés sont restés calmes au mois de septembre. Ils ont bien résisté aux tensions dans le secteur bancaire et ont bien réagi aux réunions des Banques Centrales. De plus, les perspectives économiques se sont éclaircies.

Malgré cet environnement favorable, l’attentisme des investisseurs traduit encore de la méfiance face aux prochains évènements. Faudra-t-il attendre l’issue des scrutins américains en novembre et italien en décembre ? D’ici là, les prochaines publications de résultats pourraient servir de catalyseur à la hausse des marchés actions.

Nous avons maintenu toutes nos prévisions pour les indices actions et toutes nos recommandations. Globalement, nous avons une position légèrement surpondérée sur les actions à court terme et neutre à moyen terme.

Les marchés sont restés calmes au mois de septembre. Certains s’inquiètent de l’incapacité des indices actions à monter davantage en Europe. Mais, cette stabilité traduit aussi leur capacité de résistance face à l’adversité. De plus, les mouvements intra sectoriels montrent que les investisseurs acceptent d’acheter des titres plus risqués qu’auparavant. Ceci nous semble encourageant.

Les interrogations sur le creux d’activité de fin août ne semblent plus justifiées au vu des dernières statistiques publiées aux Etats-Unis. L’activité mondiale devrait se redresser modérément dans les prochains mois, y compris dans les pays émergents. L’accord symbolique de réduction de la production de l’OPEP devrait commencer à atténuer la volatilité des cours du pétrole et à stabiliser tout le secteur.

L’évolution des politiques monétaires nous semble un peu plus prévisible. La remontée des taux sera extrêmement graduelle aux Etats-Unis et il est beaucoup trop tôt pour que la BCE ou la Bank of Japan réduisent leur soutien monétaire. Mais il est vrai que les taux négatifs deviennent contre-productifs et les Banques Centrales vont devoir ajuster leur politique. Les investisseurs ont donc du mal à apprécier les conséquences de ces évolutions sur les indices actions.

Nous pensons que les primes de risque relativement élevées protègeront les actions de la modeste hausse qui interviendrait sur les taux directeurs américains et les taux à 10 ans.

La saison de publication des résultats américains du 3ème trimestre pourrait réserver de bonnes surprises et confirmer le retour progressif à la croissance des profits après plus d’un an de baisse. Ce catalyseur positif pourrait relancer la confiance des investisseurs dont les marchés ont bien besoin pour monter et s’affranchir des résistances actuelles.

Néanmoins, les marchés actions sont encore sensibles aux déceptions et aux risques inattendus comme l’affaire de la Deutsche Bank l’a montré. Ceci entrainera certainement de nouvelles pointes de volatilité, à l’occasion de la campagne présidentielle américaine ou des prises de positions anglaises sur le Brexit par exemple. Ces déceptions éventuelles devraient rester passagères.

Les marchés ont finalement bien résisté aux quelques incertitudes qui ont parsemé le mois de septembre. Nous n’avons pas modifié nos prévisions pour les indices actions. Nous avons également maintenu une position légèrement surpondérée sur les actions à court terme et nos recommandations Surpondérer en Europe, en Asie et en Amérique Latine, Neutre sur les actions américaines et Sous-pondérer sur les actions japonaises. A moyen terme, nous gardons une position neutre sur les actions et Surpondérer sur les Etats-Unis. Le rapport rentabilité/risque y reste toujours plus favorable qu’en Europe.

Nous avons légèrement modifié nos opinions sectorielles en Europe. A court terme, nous relevons à Surpondérer les secteurs Technologie et Chimie.

Nous abaissons à Neutre les secteurs Alimentation et Boissons, Biens de Consommation cycliques et Immobilier qui pâtissent de l’incertitude sur les taux d’intérêt et de valorisations élevées.

Sur le marché des devises, nous gardons une position neutre sur le dollar. Nous conservons notre position globale Neutre sur les produits de taux. Nous conservons une position Surpondérer à court terme sur les obligations privées européennes et Sous pondérer sur les obligations souveraines les mieux notées, dont les taux ont sans doute atteint des points bas.

Vincent Guenzi , 12 octobre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion L’ubérisation des hedge funds par la gestion « Alternative Risk Premia »

Après les gérants traditionnels avec les ETFs, les gérants de hedge funds sont de plus en plus concurrencés par les fonds « Alternative Risk Premia » qui répliquent stratégies d’investissement similaires, à moindre coût et avec une liquidité (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés