›  Stories 

KeyQuant : Nouvelle révélation de la gestion systématique

« Key Quant ». La saga de Robert Baguenault de Viéville et de Raphaël Gelrubin pourrait se résumer ainsi, en ces deux mots, le nom de l’entreprise qu’ils dirigent. Spécialisée dans les stratégies de gestion systématique en suivi de tendance (CTA trend following)...

Article aussi disponible en : English EN | français FR

« Key Quant ». La saga de Robert Baguenault de Viéville et de Raphaël Gelrubin pourrait se résumer ainsi, en ces deux mots, le nom de l’entreprise qu’ils dirigent. Spécialisée dans les stratégies de gestion systématique en suivi de tendance (CTA trend following), cette jeune société est en train de creuser son sillon dans l’univers de la gestion de fonds.

Fondée en 2009 par deux anciens de la recherche quantitative et de la gestion des risques de Man Fidex Ltd, filiale du fonds d’investissement Man Group, KeyQuant gère aujourd’hui près de 80 millions de dollars US d’encours avec des performances honorables depuis trois ans : +14.7% en moyenne, avec un pic a 44% en 2010, la première année. Et malgré de moins bons résultats en 2012 (-4%), le fonds reste sur un historique de résultats tout à fait enviable.

Après deux années de recherche, nous avons fait des propositions de changements à Man, qui ont été refusées car le nouveau système aurait eu une corrélation assez élevée avec AHL, leur vaisseau amiral. Nous avons à ce moment décidé de quitter Man Fidex et de créer notre propre structure.
Robert Baguenault de Viéville et Raphaël Gelrubin
JPEG - 27.6 ko
Robert Baguenault de Viéville

A l’origine de l’émergence de ces deux entrepreneurs, un travail de recherche important entamé chez Man Fidex Ltd. Leur objectif était d’améliorer le profil de risque du modèle de gestion systématique de la société, qui cherchait à capter les tout débuts de tendances. Après deux années de recherche intensive, Robert Baguenault de Viéville et Raphaël Gelrubin font des propositions de changements à Man, celles-ci sont refusées. Le nouveau système aurait eu une corrélation assez élevée avec Man AHL, le fonds phare de Man Group. Les deux compères décident alors de démissionner, de créer leur structure et de développer leur propre système. Dès fin 2007, ils envoient quotidiennement leur paper trading à Finaltis, qui possède une véritable expertise en gestion quantitative systématique. En 2009, ils sautent le pas et décident de créer KeyQuant qui obtient ses agréments de gestion quelques mois plus tard.

Les années de recherche de Robert Baguenault de Viéville et de Raphaël Gelrubin ont abouti au développement d’algorithmes de détection de tendances qui vont bien au delà des outils classiques utilisés dans la gestion systématique aujourd’hui, à l’instar des variations de moyennes mobiles et des ruptures, pour anticiper et estimer les trends des cours.

Nous avons cherché à calculer une fonction de distribution prédictive pour chaque marché, afin d’avoir un état de probabilités de hausses et des baisses, ainsi que les évaluations de risque normaux et extrêmes.
Robert Baguenault de Viéville et Raphaël Gelrubin
JPEG - 6.1 ko
Raphaël Gelrubin

En effet, selon les deux gérants, « beaucoup de systèmes envoient des signaux binaires : acheteur, neutre ou vendeur. L’allocation de chaque actif étant ensuite déduite de notions de risque type volatilité, VaR, CVaR. » Eux, ils sont partis sur une autre approche : « les marchés sont continus et il n’y a pas un jour où un marché passe de neutre à acheteur, mais au contraire, une tendance va arriver doucement, puis se confirmer ». L’intuition étant qu’il est certainement possible d’anticiper les tendances des cours bien plus tôt encore que ne le font les algorithmes actuels.

Les deux co-fondateurs de KeyQuant ont ainsi intégré dans leur outil le calcul d’une fonction de distribution prédictive pour chaque marché, « afin d’avoir un état de probabilités de hausses et des baisses, ainsi que les évaluations de risque normaux et extrêmes. » L’autre différence majeure qu’opère KeyQuant avec les acteurs de la gestion, précisent Baguenault de Viéville et Gelrubin, c’est cet indicateur qu’ils ont développé permettant de décider de l’allocation en risque du portefeuille en fonction de la qualité des tendances.

Globalement, KeyQuant a une corrélation significative avec les gros CTAs internationaux, Winton, Aspect ou Blue Trend mais leur approche apporte une décorrélation à certains moments clés, qui leur a permis jusqu’ici d’offrir un profil rendement / volatilité supérieur jusqu’à ce jour.

Les résultats semblent à la hauteur de leurs espérances et les encours sous gestion devraient continuer de croitre. KeyQuant a mis en place un partenariat avec Finaltis, qui leur a délégué depuis 2010 une partie de la gestion de leurs actifs. Les deux gérants tablent d’ailleurs sur des prévisions de 3 à 5 milliards de dollars US en gestion d’ici trois ans, armés de leur approche appréciée des institutionnels.

L’aventure de KeyQuant ne fait que commencer et seule l’histoire nous dira si ces deux jeunes gérants innovants seront parvenus à révolutionner la gestion systématique avec leurs algorithmes « nouvelle génération ». En juin dernier la société a reçu le prix du meilleur nouveau CTA lors de la cérémonie des Managed Futures Pinnacle Awards organisée à Chicago par Barclay Hedge et le CME. De bonne augure...

Yann Olivier , Décembre 2012

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stories Lazard : Une incroyable saga familiale

Retour sur la fondation du mythe Lazard, l’une des banques historiques françaises les plus puissantes, qui aura remodelé le paysage mondial des affaires pendant près d’un siècle.

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés