›  Opinion 

High Five

Stephen Mitchell, Responsable de la stratégie Monde chez Jupiter AM, met en lumière cinq valeurs phares de son portefeuille : Cheung Kong Infrastructure, Pernod Ricard, Merlin Entertainments, ADP et Pfizer...

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Stephen Mitchell, Responsable de la stratégie Monde chez Jupiter AM, met en lumière cinq valeurs phares de son portefeuille.

En un coup d’œil,

Cheung Kong Infrastructure : un investisseur avisé dans les infrastructures dans les pays développés.
Pernod Ricard : une entreprise qui fabrique des vins et spiritueux avec une gamme de marques internationales et une belle capacité d’innovation.
Merlin Entertainments : un exploitant de parcs de loisirs avec une vision mondiale.
ADP : un prestataire américain fournissant un service d’externalisation de la paye et qui tire profit de la solidité de l’économie américaine.
Pfizer : un géant de l’industrie pharmaceutique, assez agile pour être à l’avant-garde des dernières découvertes médicales.

Cheung Kong Infrastructure
Cheung Kong Infrastructure (CKI) a beau être cotée à Hong-Kong, c’est tout de même grâce à ses investissements hors Asie que le fonds a connu ses plus belles performances et que nous avons décidé de l’inclure dans notre portefeuille. Au fil des ans, CKI s’est révélé être un investisseur très avisé qui achète des actifs de qualité et à un prix intéressant, se concentrant sur des investissements dans des pays bénéficiant d’un environnement juridique stable comme le Royaume-Uni, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. L’expertise du fonds va d’ailleurs au-delà car il a pu démontrer sa capacité à être un opérateur tout à fait compétent sur les infrastructures dans lesquelles il a investi, qu’il s’agisse du service d’égouts et d’approvisionnement en eaux britanniques Northumbria Water, de la société d’électricité Portugal Renewable Energy ou encore du fournisseur d’électricité australien SA Power Networks. Le fonds est aussi présent dans des secteurs difficiles d’accès pour de nouveaux entrants, où les barrières à l’entrée sont nombreuses et où la compétence opérationnelle est un véritable atout. A plus long terme, en répercussion de la crise financière, certaines entreprises en détresse pourraient se voir forcer de se délester d’infrastructure de qualité pour assainir leur bilan. Il est également question de privatisations à venir concernant des sociétés de transport et des fournisseurs d’électricité en Australie. CKI, avec son bilan sain, devrait être aux premières loges pour profiter de ces opportunités.

Pernod-Ricard
La politique de lutte anti-corruption chinoise nous a offert l’opportunité de mettre un pied chez ce leader des Vins et Spiritueux, renommé pour sa gamme de marques Premium comme Absolut Vodka, le whiskey Jameson et le cognac Martell. Pernod-Ricard, comme d’autres entreprises spécialisées sur le haut-de-gamme, a vu son cours de bourse chuter à cause d’inquiétudes concernant les ventes des ses produits les plus prestigieux et les plus chers du fait de la nouvelle politique anti-corruption chinoise. Ce repli nous a permis de nous positionner sur ce que nous estimons être une entreprise de grande qualité, actuellement sous-valorisée par rapport à ses concurrents. Même s’il est vrai qu’on devrait voir moins de bouteilles de cognac à 8 000 euros offertes aux officiels du Parti que par le passé, la classe moyenne achètent de plus en plus d’alcool cher pour sa propre consommation et les jeunes entrepreneurs continuent de fêter leur succès avec des bouteilles de cognac Martell Xo par exemple. C’est un marché qui semble fait pour durer. Il faut également se rappeler que Pernod-Ricard possède une gamme de marques mondiales, ce qui lui permet de compenser le ralentissement dans les pays émergents par une augmentation de ses ventes dans le reste du monde. Aux Etats-Unis par exemple, Absolut Vodka est une des marques de vodka les plus en vogue. Enfin, Pernod Ricard a la taille critique lui permettant d’innover et ce, à l’échelle mondiale. Avec la réouverture de Cuba, l’entreprise est à la recherche d’une marque de rhum domestique, qu’elle pourrait intégrer dans son réseau international comme une nouveauté mais avec un héritage historique. L’Afrique est également une potentielle source de croissance.

Merlin Entertainments
Merlin est un opérateur de parcs de loisirs avec une vision internationale, qui gère environ 110 parcs dans 23 pays sur 4 continents. Rien qu’au Royaume-Uni, ils détiennent et exploitent Legoland, Thorpe Park, UK Seaworld et Alton Towers. Faire grandir leur base de clientèle est un enjeu primordial pour eux, et Merlin a actuellement une liste de 27 grandes villes dans lesquelles ils projettent d’ouvrir de futurs parcs à thèmes. Avec peu de parcs en Asie, ce continent est bien sûr l’objet de toutes leurs attentions, avec l’ouverture planifiée d’un Legoland à Nagoya au Japon et à Shanghai en Chine. Ailleurs, il est prévu l’ouverture d’un Legoland à Dubaï pour tirer profit du tourisme croissant. Le terrible accident qui a eu lieu à Alton Towers a bien sûr pesé sur le cours de l’action, mais l’entreprise est selon nous assez robuste pour continuer à générer des cash-flows importants de long terme et dont notre portefeuille pourrait tirer parti. La croissance de l’activité en Chine a démontré une forte résilience, à mesure que leur marché cible de 146 millions de chinois moyens découvraient les délices des parcs à thèmes haut de gamme.

ADP
ADP est un pari sur le renforcement de l’économie américaine. Cette structure offre différents services aux entreprises : paie, ressources humaines, retraites et assurances. ADP est une des plus grandes entreprises sur ce marché aux Etats-Unis et ajoute continuellement de nouveaux services à son offre. Le coût du maintien à niveau et l’investissement nécessaire pour offrir ce type de services sont tels que cela créé une forte barrière a l’entrée pour des entreprises plus petites qui voudraient se lancer dans cette activité. L’entreprise bénéficie aussi d’une base croissante de clientèle, aidée par la culture entrepreneuriale américaine qui fournit un nombre de plus en plus importants de PME et d’ETI. La complexité de la gestion des ressources humaines et les nouvelles technologies jouent un rôle majeur dans le leadership exercé par ADP sur son industrie : ADP est l’entreprise la plus importante dans l’externalisation de la paie. Pour nous, l’activité d’ADP est durable et génère de bons cash-flows.

Pfizer
Pfizer est à l’avant-garde de la dernière génération de médicaments née de la percée sur le séquençage génétique. Près de 13 ans après que le premier génome a été séquencé, l’ADN se séquence maintenant en quelques heures, accélérant le processus dans la découverte de nouveaux traitements pour toute une catégorie de maladies. Les avancées permises par le séquençage génétique s’ajoutent aux considérables innovations faites dans la lutte contre le cancer, un domaine dans lequel nous estimons que Pfizer est un acteur majeur. Le géant pharmaceutique peut également tirer profit de deux tendances de long terme : le vieillissement de la population en occident va de pair avec une augmentation des dépenses de santé, et l’émergence d’une classe moyenne dans les pays en développement devrait faire accroître la demande de médicaments dans ces régions du monde. L’industrie pharmaceutique ne peut qu’en sortir gagnante. Pfizer, en particulier, avec son historique de création de valeur pour les investisseurs, devrait selon nous continuer à dominer le secteur. Ils ont fait un excellent travail en rationalisant leur portefeuille, soit en filialisant soit en vendant les activités non stratégiques. Ils ont également démontré une réelle capacité à la croissance externe, aptitude que l’on trouve selon nous dans l’offre récente faite sur la société Allergan ; mettre à jour des synergies entre deux activités tout en abaissant les coûts est leur spécialité.

Stephen Mitchell , 22 mars

Article aussi disponible en : English EN | français FR

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Solvabilité II : peut-on valoriser les engagements des assureurs comme des produits dérivés ?

Alors que la directive Solvabilité II est entrée en vigueur et mise en œuvre dans les compagnies d’assurance européennes depuis le 1er Janvier 2016, de nombreuses questions se posent encore quant à l’utilisation de la théorie des options en finance pour valoriser les engagements des (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés