AVIVA Advertisement AVIVA
›  Note 

Green Bonds - un aperçu du marché par Fitch Rating

Les Green Bond sont des titres de créance émis pour lever des capitaux afin de soutenir des projets liés au climat ou à l’environnement. Le marché des Green Bond s’est établi à 113 milliards de dollars en 2016, selon la base de données Green Bond de Fitch, soit une hausse de 60 % par rapport à 2015.

Les obligations vertes sont une classe d’actifs émergente qui est finalement alimentée par la volonté croissante des gouvernements à réduire les émissions mondiales de CO2 afin de limiter les effets du changement climatique.

L’Union européenne a été une force motrice dans la mise en place du marché à travers sa directive sur les énergies renouvelables votée en 2009. Le marché des obligations vertes s’est développé rapidement pour devenir une classe d’actifs à part entière au niveau mondial dans tous les secteurs, stimulé par l’accord climatique de la COP 21 des Nations Unies en décembre 2015. Les décideurs politiques internationaux voient dans ces obligations vertes un outil clé pour mettre en œuvre les objectifs nationaux en matière de changement climatique.

Toutefois, malgré leur croissance rapide depuis leur apparition en 2007, les émissions de ces produits reste faible comparativement aux milliers de milliards de dollars du marché obligataire mondial. Elles se sont établies à 113 milliards de dollars en 2016, selon la base de données Green Bond de Fitch, soit une hausse de 60 % par rapport à 2015.

Ce marché n’en est qu’à ses débuts, bien que de nombreux développements soient en cours. Une pierre angulaire correspond aux principes de l’Association internationale du marché des capitaux (ICMA - International Capital Market Association), un code volontaire axé sur l’utilisation et la gestion des fonds, la procédure d’évaluation et de sélection des projets et le reporting. Il existe également un système émergent de vérificateurs et de fournisseurs de services qui examinent l’intégrité des processus et l’aspect environnemental.

Emission en dollars

Pour les émetteurs, le marché des obligations vertes offre l’occasion de diversifier leurs sources de financement. Leur rareté et la prépondérance d’investisseurs à long terme focalisés sur le développement durable et responsable conduisent à des prix plus serrés que pour des instruments comparables émis par le même émetteur.

Emettre des obligations vertes indique aux investisseurs que l’émetteur est conscient que les questions environnementales pourraient affecter ses activités à long terme.

Les évaluations et les opinions externes sont importantes tant pour les fournisseurs d’indices que pour les bourses afin de les aider à déterminer leur éligibilité à un listing mais aussi à des indices verts.

En effet, avec des émetteurs qui déterminent unilatéralement la façon dont ils utilisent les fonds de leurs obligations vertes, le respect des objectifs déclarés devient principalement une question de gouvernance d’entreprise et de réputation pour l’émetteur de ces titres. Jusqu’à ce que les normes soient harmonisées, il y a un risque qui pèse sur le développement de ce marché.

La plupart de la dette finançant des projets verts est toujours fournie directement par les banques sous forme de prêts. Les obligations vertes représentent seulement moins de 1 % du marché obligataire mondial, de sorte que son potentiel de croissance est fort. Cela serait conforme à la tendance générale allant vers une augmentation de la désintermédiation du financement des entreprises observée par Fitch.

Il existe une demande croissante d’obligations vertes auprès d’investisseurs tels que les fonds de pension, les fonds souverains et les trésoriers d’entreprise. De nombreux investisseurs achètent des obligations vertes dans le cadre de leur allocation générale d’actifs.

Cependant, la demande est particulièrement forte auprès des investisseurs axés sur les investissements durables et responsables (SRI) et ceux qui intègrent les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans le cadre de leur analyse d’investissement. De plus, de nombreux gestionnaires d’actifs à travers le monde ont créé des fonds consacrés aux obligations vertes.

Le montant des actifs gérés de manière professionnelle dans le cadre de stratégies de placements responsables augmente rapidement à l’échelle mondiale ; se chiffrant à 23 000 milliards de dollars en 2016. Cela équivaut à 26 % de tous les actifs gérés par des professionnels dans le monde. Les obligations en représentent une part croissante – approximativement près des deux tiers du total en Europe et au Canada.

Les investisseurs s’attendent à voir augmenter le risque ESG

Dans la dernière étude réalisée par Fitch auprès des investisseurs européens, la majorité des répondants ont déclaré s’attendre à ce que l’impact financier liés aux risques environnementaux, sociaux et de gouvernance sur leurs investissements augmente.

Aymeric Poizot , Fitch , 13 juillet

P.-S.

Fitch Ratings fournit des notes de crédit pour les obligations vertes en fonction du risque de crédit sous-jacent en ligne avec des critères sectoriels pertinents. Parfois, des considérations standards sont utilisées pour évaluer le risque de crédit, y compris la vulnérabilité au défaut et l’attente de taux de récupération relatifs en cas de défaut. Fitch n’évalue pas l’intégrité environnementale, à savoir le « verdissement » de l’obligation ou l’utilisation de ses fonds.

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés