AVIVA Advertisement AVIVA

Gestion d’actifs et de patrimoine : Dassault Systèmes présente les conclusions d’une étude consacrée à la transformation numérique et à une certaine disruption attendue pour le secteur

Dassault Systèmes, a demandé au cabinet CREATE-Research de réaliser une étude auprès de plus de 450 hauts responsables en gestion d’actifs et de patrimoine à propos de la transformation numérique qui touche leur secteur, ainsi que de ses perspectives.

Dassault Systèmes, a demandé au cabinet CREATE-Research de réaliser une étude auprès de plus de 450 hauts responsables en gestion d’actifs et de patrimoine à propos de la transformation numérique qui touche leur secteur, ainsi que de ses perspectives.

Cette étude révèle que s’ils abordent la digitalisation avec prudence, les gestionnaires d’actifs et de patrimoine prévoient une rupture partielle ou totale au sein de leur secteur d’activité d’ici à une dizaine d’années. Les premiers utilisateurs de plateformes numériques font d’ores et déjà état d’une amélioration de leur compétitivité, ainsi que de l’expérience de leurs clients. Les conclusions complètes de cette étude seront présentées à Berlin lors de la conférence FundForum International consacrée à la gestion des investissements (12 au 14 juin 2017).

Présentée en détail dans le rapport intitulé « Digitization of asset and wealth management : promise and pitfalls », cette étude explore les facteurs-clés de la digitalisation, son niveau d’adoption actuel, mais aussi les facteurs favorables et pénalisants, tout en examinant la nature de la rupture qui en découle, les facteurs de succès et les avantages.

Principales conclusions de l’étude

  • Les pressions de plus en plus fortes exercées sur les coûts, l’importance croissante des frais et des charges en tant que facteurs différenciateurs, l’essor des fonds passifs « low-cost », l’arrivée sur le marché des fintech et des géants de l’Internet, sans oublier l’émergence d’une nouvelle génération d’investisseurs férus de technologie numérique, contribuent à l’accélération de la transformation digitale.
  • 54 % des gestionnaires d’actifs ont adopté des outils de veille des réseaux sociaux, tandis que 56 % des gestionnaires de patrimoine utilisent de nouvelles plateformes numériques ; la blockchain est le moins utilisé des huit outils numériques cités.
  • Selon 80 % des gestionnaires d’actifs et 77 % des gestionnaires de patrimoine, la digitalisation devrait transformer leur secteur, totalement ou en partie, au cours des dix années à venir.
  • Dans leur majorité, les personnes interrogées prévoient l’avènement d’un paysage concurrentiel marqué par les alliances avec des acteurs externes proposant des technologies « de rupture » ou le développement de plateformes propriétaires ; seule une minorité des personnes interrogées s’attend à ce que ces acteurs externes réussissent à tirer leur épingle du jeu.
  • Les premiers utilisateurs de plateformes numériques font état de coûts d’exploitation réduits, d’une position renforcée sur le marché, de gains d’efficacité, d’une meilleure conformité aux réglementations et d’une expérience client enrichie.

« L’évolution du comportement des clients va jouer un rôle-clé dans la digitalisation au cours des années à venir, de sorte que les services financiers vont eux aussi évoluer et seront tirés non plus par l’offre, mais par la demande », déclare Amin Rajan, CEO de CREATE-Research. « En d’autres termes, la gestion de patrimoine est à l’aube d’une nouvelle mutation d’une ampleur totalement inédite. La digitalisation n’est ni le premier, ni le dernier choix : c’est le seul choix possible. L’avenir appartient à ceux qui ont une vision claire de leur entreprise à l’ère numérique ».

« Nous avons commandité cette étude pour mesurer l’impact attendu de la technologie digitale sur la gestion de patrimoine et des actifs au cours des dix prochaines années, ainsi que la perception de son rôle dans la conservation ou la transformation des business models », déclare Guillaume Dufour, Vice-président, en charge de l’industrie Finance et Services, Dassault Systèmes. « Nous continuerons d’accompagner les institutions financières dans leur transformation numérique en leur proposant des solutions telles que "Innovation Factory" pour numériser les processus, améliorer la gouvernance, accélérer la mise sur le marché et réduire les coûts liés aux réglementations dans le but de satisfaire une clientèle en pleine évolution ».

L’étude « Digitization of asset and wealth management : promise and pitfalls » s’appuie sur une étude menée auprès de 458 gestionnaires d’actifs et de patrimoine de 37 institutions financières (fund jurisdiction) du monde entier représentant un actif total sous gestion de 32 billions [1] de dollars.

Next Finance , 14 juin

Notes

[1] 1 billion = 1 000 milliards

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés