›  Note 

Fusions-Acquisitions : Pause du marché ou plafonnement ?

Selon l’Observatoire, le nombre d’opérations de très grande ampleur (plus de 10 milliards de dollars) est en hausse au T1 2016, avec six opérations réalisées contre quatre au T1 2015, un record historique pour un premier trimestre depuis la création de l’Observatoire en 2008.

Au premier trimestre 2016, les fusions-acquisitions restent soutenues, malgré une baisse des volumes et un net recul de la performance du marché.

Selon l’Observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson (Quarterly Deal Performance Monitor, QDPM), le nombre de fusions-acquisitions réalisées [1] au premier trimestre 2016 a atteint son plus bas niveau depuis deux ans. Cette enquête, menée en partenariat avec la Cass Business School, montre que malgré le recul des opérations de plus de 100 millions de dollars réalisées ce trimestre (174, contre 233 au T1 2015 et 307 au T4 2015), les sociétés qui réalisent des fusions-acquisitions continuent de surperformer l’indice MSCI World, à +2,6 points. Ce chiffre reste toutefois nettement inférieur à la moyenne mobile sur trois ans (5,8 points) et au chiffre du T1 2015 (3,2 points).

Du point de vue géographique, les acquéreurs asiatiques se maintiennent à la première place du classement, avec une surperformance de 22,9 points par rapport à leur indice régional.

Les acquéreurs européens ont surperformé leur indice régional de 5,5 points, mais ont cédé du terrain au cours des deux derniers trimestres. Ils sont suivis par les acquéreurs d’Amérique du Nord, qui ont sous-performé leur indice de 3,1 points. C’est la première fois que les acquéreurs nord-américains sous-performent sur deux trimestres consécutifs depuis la même période en 2012.

Maud Mercier-Pain, directrice du département International Consulting Group de Willis Towers Watson France, a déclaré : «  La sous-performance enregistrée en Amérique du Nord pourrait jeter un froid sur le marché mondial des fusions-acquisitions, mais c’est peut-être juste un phénomène régional. Notre enquête fait ressortir une corrélation apparente entre les années électorales aux États-Unis et la sous-performance du marché des fusions-acquisitions sur les deux premiers trimestres, ce scénario s’étant également produit en 2012 et 2008. Dans la mesure où les volumes d’opérations reculent généralement au premier trimestre, la baisse par rapport aux niveaux records de l’année dernière n’est guère surprenante. Il reste donc à savoir si la baisse des volumes et de la performance en Amérique du Nord témoigne d’un réel recul du marché des fusions-acquisitions, ou si ce n’est que le reflet des incertitudes actuelles dans la région et du stade où nous nous trouvons dans le cycle annuel des opérations.  »

Selon l’Observatoire, les opérations transfrontalières, transrégionales et transsectorielles ont surperformé l’indice [2] de 4,9 points, 4,9 points et 3,3 points respectivement, les opérations domestiques, intrarégionales et intrasectorielles enregistrant pour leur part une surperformance de 0,4 point, 1,7 point et 2,6 points.

De plus, les opérations rapides ont sous-performé au T1 2016 par rapport au T1 2015, tandis que la surperformance des transactions «  lentes  » a presque doublé, passant de 3,2 points au T1 2015 à 5,9 points ce trimestre.

Maud Mercier-Pain a ajouté : «  La surperformance des opérations transsectorielles, transfrontalières et transrégionales par rapport aux transactions domestiques montre que l’audace continue de payer. Mais la performance négative des opérations rapides (qui sont généralement des opérations domestiques ou intrasectorielles) est peut-être un avertissement pour ceux qui sont à l’affût d’opportunités de consolidation dans leur secteur. »

Selon l’Observatoire, le nombre d’opérations de très grande ampleur (plus de 10 milliards de dollars) est en hausse au T1 2016, avec six opérations réalisées contre quatre au T1 2015, un record historique pour un premier trimestre depuis la création de l’Observatoire en 2008.

La conclusion de Maud Mercier-Pain : « Les opérations de très grande ampleur ont augmenté à un rythme soutenu malgré une conjoncture économique difficile. Toutefois, le volume des opérations baisse dans l’ensemble. Il sera donc intéressant de voir si la baisse des transactions de moindre envergure est le signe avant-coureur d’un plafonnement des opérations de fusion-acquisition. Bien que celles-ci restent dynamiques, il est trop tôt pour dire si le marché a marqué une pause avant de redémarrer au T2 ou si l’activité plafonne et arrive à un tournant. Quoi qu’il en soit, dans la mesure où les opérations de fusion-acquisition continuent de surperformer l’indice mondial, les acquisitions devraient rester une stratégie de croissance attractive pour de nombreuses entreprises dans l’année à venir.  »

Next Finance , 5 avril

Notes

[1] Fusions-acquisitions réalisées d’un montant supérieur à 100 millions de dollars.

[2] L’indice MSCI World est utilisé par défaut.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note La recherche de rendement, un exercice de plus en plus difficile

Sous l’action des banques centrales, la thématique de la recherche de rendement a été exacerbée ces dernières années, aplatissant les courbes et tirant de plus en plus bas les niveaux de rendement des obligations, parfois jusqu’en territoire négatif. Il faut aujourd’hui prendre de (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés