›  Opinion 

Forte conviction obligataire

Alors que débute 2018, les marchés du crédit asiatique et émergent présentent un visage bien différent de celui qu’ils ont pu avoir ces deux dernières années. Nous avons évolué d’un environnement où les spreads de crédit étaient vraiment attrayants, au regard de la probabilité de défaut...

Alors que débute 2018, les marchés du crédit asiatique et émergent présentent un visage bien différent de celui qu’ils ont pu avoir ces deux dernières années. Nous avons évolué d’un environnement où les spreads de crédit étaient vraiment attrayants, au regard de la probabilité de défaut, à une situation caractérisée par une compression considérable des spreads de crédit.

Nous pensons que l’ampleur de ce mouvement est justifiée par la reprise économique mondiale en cours ; le renforcement des marchés de matières premières ; la réduction du nombre de dégradations des notes de crédit, les meilleures conditions macro en Asie ; et, enfin, l’énorme appétit des investisseurs pour les produits obligataires.

Alors qu’il nous faut naviguer dans cet environnement de spreads de crédit plus faibles, la question clé que nous avons en tête est : où trouver désormais un potentiel de valorisation ?

Cette question n’est pas simple dans l’environnement actuel :

  • La Federal Reserve a signalé son souhait de procéder à trois hausses de taux cette année
  • Il y a une possibilité de hausse des prix à la consommation
  • L’offre de “Treasuries” devrait doubler cette année. Nous estimons que les ventes de Treasuries devraient dépasser 1 trillion de dollars en 2018, soit le plus haut niveau depuis 2010, en raison de la baisse de la détention d’obligations par la Fed et des déficits déjà sur le point d’augmenter, même avant la prise en compte de la réforme fiscale américaine

Toutefois, et c’est heureux, le “portage” est enfin de retour. Plus de dix ans après, le rendement des Treasuries deux ans revient au-dessus des 2%. Nous avons observé un fort aplatissement de la courbe des rendements des Treasuries depuis un an et nous pensons désormais que la courbe est à un niveau d’équilibre.

Nous croyons que la courbe est susceptible de s’aplatir encore au fil du temps, à mesure que les hausses de taux interviendront aux USA.

Après nous être détournés pendant des années des maturités les plus courtes, nous pensons maintenant pouvoir profiter du portage des titres de crédit de duration moyenne, à la fois dans le segment investment grade et le high yield, sans trop de volatilité des cours.

A moins que les attentes sur la croissance mondiale ne se dégradent, ce qui conduirait à une baisse des rendements des Treasuries par rapport au niveau actuel à l’extrémité la plus longue de la courbe, nous pensons que le “portage” représentera l’essentiel de la performance pour les investisseurs en crédit cette année. Pour le dire autrement, les gains en capital ont des chances d’être sous pression, à notre sens.

Nous profitons de cette opportunité pour examiner les tendances sous-jacentes du marché obligataire asiatique en dollars et discuter de notre stratégie dans les sections suivantes :

1. Evolution de la structure de marché – le marché croît-il trop vite pour son propre bien ?

2. Notation : vers une stabilisation des tendances après de nombreux mouvements parmi les souverains asiatiques

3. Stratégie et principaux choix – focalisation sur le portage avec potentiel haussier dans des actifs cœurs

Dhiraj Bajaj , 8 février

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés