AVIVA Advertisement AVIVA
›  Portrait 

Florent Houssais, Directeur Equance Panamérica

Sa mission ? Aider les Français installés à l’Etranger à trouver des réponses aux questions juridiques, fiscales et patrimoniales ; grâce à une expatriation personnelle de 18 ans au Mexique, il jouit d’une connaissance pointue des besoins des expatriés…

Article aussi disponible en : English EN | français FR

L’expatriation est devenue une étape importante de la vie professionnelle de nombreuses personnes. Certains de ces expatriés décident de rester dans leur pays d’adoption et d’aider les nouveaux arrivants. C’est le cas de Florent Houssais [1], Directeur Equance Panamérica, installé au Mexique depuis 18 ans...

Pour bien connaître les besoins des expatriés, mieux vaut avoir soi-même une expérience en la matière… Les experts d’Equance, cabinet de Gestion Privée reconnu pour ses compétences en termes de gestion patrimoniale des expatriés, travaillent en lien direct avec des consultants basés à l’étranger. Qui mieux que ces derniers, en effet, constatent, au jour le jour, les besoins spécifiques d’une population d’expatriés français ? Au nombre de 60 dispatchés à travers le monde, ces correspondants étudient dans le détail les réglementations locales et s’inspirent des expériences de leurs compatriotes pour faire remonter au siège d’Equance, à Montpellier, des informations originales. Les conseillers financiers et fiscaux d’Equance, en réseau, sont alors à même de proposer des solutions « sur mesure » à leurs clients.

L’expérience de l’expatriation

« Il est évident que pour bien appréhender les problématiques des expatriés, il est fort utile, pour ne pas dire indispensable, d’avoir connu ou de connaître soi-même cette situation », raconte Florent Houssais. « Ma première expérience d’expatrié a été étudiante : j’ai fait des études au Japon et aux Etats-Unis. Professionnellement, je me suis installé au Mexique en 1994 et j’y habite depuis cette date. Depuis le Mexique, je gère les sept consultants Equance basés aux Etats-Unis et au Canada et depuis 2005, je suis, en parallèle, consul honoraire et Conseiller du Commerce Extérieur. Mon quotidien consiste à rencontrer les Français expatriés de façon souvent informelle - notamment au sein des ambassades, dans les réunions locales d’associations de Français de l’Etranger – et nos discussions aboutissent souvent au constat qu’ils sont en recherche de conseils et de services performants, notamment, en termes juridique, fiscal et patrimonial. »

Le besoin de conseil des expatriés

« J’étudie leur situation globale, car les schémas ont évolué au fil du temps et les conseils juridiques et fiscaux (sans lien avec des investissements) sont appréciés. Auparavant, les expatriés partaient pour une mission définie et rentraient ensuite en France. Aujourd’hui, de plus en plus de personnes chargées d’une mission à l’étranger partent avec leur famille et un certain nombre d’entre eux ne rentrent jamais en France (environ 20%). Ils décident de faire leur vie ailleurs et cela pose des questions diverses, y compris concernant le domaine de la sécurité sociale, des assurances de personnes, de la retraite. Il y a de plus en plus de mariages binationaux qui, lorsqu’il y a des enfants d’un premier mariage ‘’franco-français’’, demandent une gestion extrêmement fine des questions juridiques et patrimoniales. De même, des personnes qui rentrent en France pour y passer leur retraite après des années passées à l’Etranger sont-elles en demande de conseils.

Les règles internationales et les conventions fiscales bilatérales se complexifient et il est nécessaire, pour dénouer certaines situations, de très bien les connaître. Les problématiques divergent évidemment selon les pays ; Au Mexique, par exemple, c’est souvent la question du rapatriement des fonds qui se pose ; Aux Etats-Unis, nous avons beaucoup de demandes de conseils sur la retraite. Car le système des fonds de pension américain est particulier : une partie des revenus est versée avec un abondement non fiscalisé… à condition de passer sa retraite aux Etats-Unis. Lorsque les expatriés veulent rentrer vivre la dernière partie de leur vie en France, il nous faut trouver des solutions en étudiant attentivement les conventions fiscales !

Du sur mesure

L’aide que peut apporter Equance aux expatriés est large et ne se réduit pas à des conseils financiers.

J’ai, par exemple, le cas récent d’un Français installé aux Etats-Unis et qui a acheté un appartement, il y a 7 ans, au moment où les prix étaient au plus haut et où le $ atteignait 1,30 €. Ce Français expatrié a perdu son emploi il y a deux ans et, du même coup, son titre de séjour. Comment faire avec la maison dont la valeur avait chuté de 30% et avec un $ qui valait 1,60 € ? Le remboursement du crédit immobilier, contracté sur 30 ans, était supérieur à la valeur du bien… Equance a trouvé un moyen de minimiser la perte. La maison a d’abord pu être vendue (ce qui était le premier challenge !) grâce à notre intermédiaire (notre réseau a bien fonctionné et un acheteur a été trouvé). Certes, la vente a généré une moins-value, mais nous avons limité le risque de change en rapatriant les capitaux en France, via un contrat d’assurance vie luxembourgeois, en $. Ce contrat a fait l’objet d´un nantissement, pour pouvoir faire un crédit en Euros et acheter un bien en France.

Depuis, le $ est revenu à une valeur de 1,30 €. Nous avons donc au moins permis à ce monsieur de ne pas perdre sur le change. Par ailleurs, si ce monsieur décède, les fonds du contrat seront transmis hors droits de succession et l’assurance du prêt engendrera une annulation de la dette. »

Next Finance , Janvier 2012

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Notes

[1] Diplômé de l’école de commerce ISG Paris dans la filière internationale, co-fondateur d’Equance, Florent Houssais est à la tête d’une équipe de 7 consultants basés aux Etats-Unis et au Canada et, depuis 2005, il est, en parallèle, consul honoraire et Conseiller du Commerce Extérieur au Mexique.

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Portrait Une journée avec un analyste corporate finance

John Edwards est en charge de la couverture des secteurs de l’environnement et énergies renouvelables au sein d’une banque britannique. Il nous décrit une journée classique de travail.

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés