›  Opinion 

États-Unis : la FED soutient la probabilité d’une hausses des taux

Après la publication d’un rapport sur l’emploi globalement en demi-teinte (avec certes un niveau correct de créations d’emploi) et la forte chute des indices ISM (tant pour le secteur manufacturier que pour le secteur non-manufacturier), les marchés auraient pu revoir nettement à la baisse leurs probabilités de hausse des taux…

Les dernières semaines ont vu la publication de statistiques américaines qui auraient pu entrainer une révision en baisse des probabilités de hausse des taux par la Fed.

Après la publication d’un rapport sur l’emploi globalement en demi-teinte (avec certes un niveau correct de créations d’emploi) et la forte chute des indices ISM (tant pour le secteur manufacturier que pour le secteur non-manufacturier), les marchés auraient pu revoir nettement à la baisse leurs probabilités de hausse des taux… Or, les récents propos tenus par différents membres de la Fed sont venus renforcer l’idée d’une hausse des taux.

L’Analyse de Lazard Frères Gestion

La baisse des indices ISM est surprenante car aucun autre indicateur ne valide ce message. Les indices PMI, dont la méthodologie correspond à celle des indices ISM, affichaient des baisses bien moindres, et surtout, rien dans les commentaires des entreprises ou dans une autre enquête qualitative comme le Beige Book de la Fed ne confirme ce message. Enfin, les inscriptions hebdomadaires au chômage restent très basses. Ce mouvement nous intrigue et nous invite à être attentifs, mais le plus probable reste qu’il ne s’agisse que d’une aberration et que les indices ISM se redressent prochainement.

La politique monétaire a toujours une composante relative et les banques centrales se positionnent aussi les unes par rapport aux autres, compte tenu des impacts sur le change.

Les mesures d’assouplissement de la BCE et de la Banque du Japon avaient sans doute pesé dans la décision de la Fed de retarder son cycle de remontée des taux, or la BCE a surpris les attentes du marché en n’assouplissant pas sa politique monétaire le 8 septembre.

Plusieurs membres du FOMC, dont certains considérés comme « dovish » à l’image du président de la Fed de Boston, ont tenu des discours plus favorables à une hausse des taux très prochaine. Si le discours de Lael Brainard le 12 septembre montre une telle inflexion, cela serait un signal fort.

Ces éléments nous semblent révéler un vrai désir de la part de la banque centrale américaine de relever son taux directeur, mais avec une attention accrue sur l’impact de son action sur les marchés financiers. La bonne tenue des marchés émergents malgré la hausse des probabilités d’action de la Fed, ainsi que la relative stabilité du dollar et un marché actions proche de ses plus hauts ouvrent donc une fenêtre de tir dont la Fed voudra peut-être profiter dès le 21 septembre.

Lazard Frères Gestion , 13 septembre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Solvabilité II : peut-on valoriser les engagements des assureurs comme des produits dérivés ?

Alors que la directive Solvabilité II est entrée en vigueur et mise en œuvre dans les compagnies d’assurance européennes depuis le 1er Janvier 2016, de nombreuses questions se posent encore quant à l’utilisation de la théorie des options en finance pour valoriser les engagements des (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés