›  Opinion 

États-Unis, Europe, Asie : la croissance des résultats des sociétés se ralentit.

La saison des publications de résultats pour le quatrième trimestre 2015 est bien avancée en Europe (56 % des sociétés ont publié en cette fin février) et se trouve quasiment achevée au Japon et aux États-Unis (90 % des sociétés ont publié), permettant ainsi de boucler les chiffres pour l’exercice 2015. Que retenir de ces publications ?

La saison des publications de résultats pour le quatrième trimestre 2015 est bien avancée en Europe (56 % des sociétés ont publié en cette fin février) et se trouve quasiment achevée au Japon et aux États-Unis (90 % des sociétés ont publié), permettant ainsi de boucler les chiffres pour l’exercice 2015. Que retenir de ces publications ?

1. Sur le marché américain, 75 % des sociétés du S&P 500 ont battu les estimations initiales de bénéfice par actions (BPA). Cela étant, on connaît l’habileté outre-Atlantique à faciliter le dépassement des prévisions et, par ailleurs, notons que la croissance des BPA du quatrième trimestre est la plus faible enregistrée depuis 2009, avec une évolution sur 12 mois glissants de - 7 % (- 1 % hors secteur énergie).
En termes de chiffres d’affaires, les données sont médiocres, avec seulement 46 % des sociétés publiant au-dessus des attentes, assorties de revenus en recul de 4 % (12 mois glissants) et stables hors énergie.

L’ensemble va nous donner un exercice 2015 avec des résultats en croissance nulle, voire légèrement négative pour l’ensemble des sociétés du S&P 500.

2. Sur le marché japonais, 51 % des sociétés du Topix ont battu les estimations initiales de BPA avec 99 % des publications déjà réalisées. Ce constat est assez négatif, avec une évolution des BPA en baisse de 5 % sur 12 mois glissants (- 7 % hors énergie). Seulement 41 % des publications de chiffres d’affaires sont au-dessus des attentes (le plus faible chiffre depuis deux ans) avec une évolution des revenus en retrait de 2 %. La récente reprise du yen ne va pas faciliter les choses sur la période à venir.

En année pleine, la croissance des résultats initialement estimée très au-dessus de + 10 % se réduit donc à + 5 %/+ 6 % pour 2015.

3. En Europe, 52 % des sociétés du Stoxx Europe 600 ont battu les estimations initiales de BPA. Pour l’instant, le quatrième trimestre donne un recul des BPA de 5 % sur 12 mois glissants (mais + 3 % hors énergie). En termes de chiffres d’affaires, l’Europe représente la zone la plus solide avec 62 % des publications de chiffres d’affaires au-dessus des attentes et une évolution des revenus en retrait de 2 % (mais + 4 % hors énergie). Nous constatons que la dynamique de la conjoncture européenne est plus forte que dans les autres zones.

En année pleine, la croissance des résultats initialement estimée à + 6 % /+ 7 % se réduit à + 1 %, largement affectée par le plongeon des résultats des groupes miniers et pétroliers (particulièrement pondérés sur la bourse britannique).

4. Sur la zone euro, où 60 % des sociétés de l’Euro Stoxx ont publié leur résultat, seulement 49 % des sociétés ont battu les estimations initiales de BPA.
Les BPA baissent de 1 % sur 12 mois glissants (mais augmentent de 3 % hors secteur financier).

En termes de chiffres d’affaires, 57 % des sociétés battent les estimations avec des revenus en léger recul (- 1 % sur 12 mois glissants).

Malgré ces données, la progression attendue des BPA pour 2015 devrait être à deux chiffres et les estimations concernant l’univers MSCI EMU restent même supérieures à + 14 % de progression pour 2015.

Yves Maillot , 3 mars

P.-S.

Rédigé le 29 février 2016. Chiffres source JP Morgan

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion L’ubérisation des hedge funds par la gestion « Alternative Risk Premia »

Après les gérants traditionnels avec les ETFs, les gérants de hedge funds sont de plus en plus concurrencés par les fonds « Alternative Risk Premia » qui répliquent stratégies d’investissement similaires, à moindre coût et avec une liquidité (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés