AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

Elections françaises : Large victoire d’Emmanuel Macron

Selon BlackRock, L’élection française confirme son point de vue selon lequel les marchés ont eu tendance à surestimer le risque politique en Europe. En Italie, cependant, le risque politique et la fragilité du système bancaire risquent de faire à nouveau parler d’eux, surtout si les chances d’élections anticipées fin 2017 augmentent.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Emmanuel Macron l’emporte d’une large tête face à la représentante de l’extrême-droite. Avec près de 66 % des voix, le candidat du centre indépendant dispose d’une avance confortable témoignant du rejet du Front National de Marine Le Pen, qui a fait campagne sur un programme nationaliste incluant la proposition d’un référendum sur la sortie de l’Union européenne (UE).

L’attention devrait maintenant se polariser sur les élections législatives de juin. Leur issue sera décisive pour qu’Emmanuel Macron puisse mettre en place son programme économique, qui comprend notamment des réformes renforçant la flexibilité du marché du travail. Les actifs risqués devraient afficher un rebond modeste et momentané, dans la mesure où la victoire du candidat centriste était largement attendue depuis le premier tour par les marchés et les instituts de sondage.

Nos perspectives pour les actions européennes sont positives, et nous prévoyons un regain d’intérêt des investisseurs pour la classe d’actifs dans un contexte d’amélioration de la croissance dans la région. Les indices de directeurs d’achats européens annoncent l’activité économique la plus soutenue depuis six ans. L’Europe devrait bénéficier de la reflation à l’œuvre à l’échelle internationale et les secteurs cycliques présentent des valorisations attrayantes. Nous sous-pondérons le crédit européen en raison de l’amélioration des perspectives économiques, qui risque d’entraîner une augmentation des rendements et un écartement des spreads - en particulier si les marchés estiment que la Banque centrale européenne va réduire ses achats d’actifs.

En attendant la nouvelle Assemblée nationale, qui prendra ses fonctions en juillet, le Président formera un gouvernement provisoire ; celui-ci ne devrait pas prendre de décisions majeures, mais sa composition en dira long sur la capacité d’Emmanuel Macron à fédérer des personnalités de gauche et de droite pour constituer une majorité élargie.

Selon nous, le Président devra choisir un Premier ministre de consensus et composer tant bien que mal pour obtenir le soutien de cadres du PS et des Républicains : ce qui peut finir par vider les projets de réforme d’une partie de leur substance. Toutefois, compte tenu de cette large victoire, il semble envisageable que le nouveau mouvement « En Marche ! » et ses alliés réussissent à décrocher une majorité nette qui facilitera la tâche du Premier ministre et de son gouvernement. Une autre possibilité, moins probable, est que la droite des Républicains remporte la majorité parlementaire, Ces deux scénarios favoriseraient la mise en œuvre de réformes favorables aux entreprises, et seraient certainement salués par les marchés.

L’élection française confirme notre point de vue selon lequel les marchés ont eu tendance à surestimer le risque politique en Europe. En Italie, cependant, le risque politique et la fragilité du système bancaire risquent de faire à nouveau parler d’eux, surtout si les chances d’élections anticipées fin 2017 augmentent. Ces questions, ainsi que celle de l’état toujours inachevé de l’union budgétaire et bancaire, révèlent des lignes de fracture qui pourraient être exposées en cas de normalisation de la politique de la BCE, et qui remettent en cause la viabilité de l’euro.

L’élection d’Emmanuel Macron marque un changement profond dans le paysage politique français. En effet, le nouveau Président n’appartient à aucun des grands partis de gauche et droite en place depuis la création de la Vème République par Charles de Gaulle, il y a une soixantaine d’années. Ancien banquier d’affaires, Emmanuel Macron a mené une campagne axée sur le « changement », privilégiant des réformes pro-entreprises et une plus grande intégration européenne. Il s’est d’ailleurs engagé à ramener le déficit budgétaire à l’objectif de 3 % via des baisses de dépenses, des investissements ciblés et l’assouplissement du marché du travail.

BlackRock Investment Institute , 9 mai

Article aussi disponible en : English EN | français FR

P.-S.

BlackRock Investment Institute

Le BlackRock Investment Institute (BII) favorise les échanges entre les gérants de portefeuille de BlackRock, produit des travaux de recherche sur l’économie et les marchés, offre ses points de vue et publie des analyses d’investissement. Nous avons pour objectif d’aider nos gérants de fonds à devenir de meilleurs investisseurs et de mettre en lumière des thèmes de réflexion utiles pour nos clients et pour les décideurs politiques.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés