AVIVA Advertisement AVIVA

Baromètre de valorisation des PME non-cotées en France

Quelle valeur donner à l’entreprise non-cotée ? Absoluce [1] publie le premier baromètre de valorisation des PME non-cotées en France. Ce travail permet désormais de donner un repère fiable, indispensable et permanent aux opérations patrimoniales initiées par les dirigeants.

Rapprochement, fusion-acquisition, transmission à l’intérieur du groupe familial : bien souvent des évaluations arbitraires sont établies en ce qui concerne les PME, faute de point de référence pour les professionnels du chiffre. Or, 60 000 entreprises changent de dirigeants chaque année, un phénomène qui devrait prendre de l’ampleur avec les départs en retraite massifs des entrepreneurs dans les années à venir.

Le réseau Absoluce et deux spécialistes de l’évaluation, Michel Ternisien et Laure-Marie Neuburger, se sont donc appuyés sur les travaux les plus récents conduits aux Etats Unis, pour publier une étude qui détermine quelle valeur donner aux PME non-cotées par grands secteurs de l’économie française. Ce travail permet désormais de donner un repère fiable, indispensable et permanent aux opérations patrimoniales initiées par les dirigeants.

La problématique de l’évaluation des PME non-cotées.

Les propriétaires de sociétés se font une idée précise du prix de leur labeur, mais elle ne correspond pas nécessairement aux réalités du marché. La crise accélère tout, les restructurations comme les opportunités. En conséquence, ce concept de valeur revêt une importance capitale et charrie avec lui la problématique de la valorisation.

Le marché financier fournit en continu les marqueurs de valeur des sociétés dont les titres peuvent s’échanger dans des conditions normales de concurrence. Mais si les PME occupent une part majeure de l’économie française, il est impossible de transposer ces marqueurs tels quels, sans ajustement, pour ces entreprises non-cotées dont la particularité est la non-diversification des titres.

le « Total Beta », une méthodologie d’évaluation fiable pour parer aux risques spécifiques des PME

La méthode utilisée est issue des travaux conduits par Aswath Damodaran, professeur de Finance au MBA de l’université Stern de New-York, connue sous le nom de « Total Beta ». Elle consiste à analyser le lien qui existe entre le « beta » d’une action cotée, qui est son indicateur de volatilité et l’indice de référence du marché (CAC All Tradable). Ainsi même, lorsqu’une action est volatile (beta élevé), elle doit être plus ou moins corrélée avec le marché. Le problème se pose pour des actions dont la corrélation est très faible, voire inexistante. L’absence de corrélation traduit un risque bien spécifique connu sous le nom de risque de « non-liquidité » ou de « non-diversification » et qui traduit une insuffisance du marché. Les betas sont alors ajustés, rectifiés du défaut de corrélation pour déterminer le « Total Beta ».

A partir de ce nouvel indicateur, tous les paramètres de la valorisation sont ajustés pour traduire ce risque majeur pour un actionnaire d’une entreprise non cotée : ne pas pouvoir se diversifier.

Décote et stabilité : les premiers enseignements obtenus par Absoluce

Une société cotée vaut en moyenne, en 2011, 12,6 fois son bénéfice net. Une PME non cotée subira une décote de 37% environ pour afficher une valeur de ses capitaux propres autour de 8 fois son bénéfice net, de 6,3 fois son bénéfice net d’exploitation et de 4 fois son bénéfice brut d’exploitation. Cette décote est le prix à payer de l’absence de liquidité des titres de la PME.

Multiple des Valorisations

Autre enseignement important de cette étude : les multiples de valorisation des PME non cotées restent stables dans le temps, à l’inverse des sociétés cotées dont les multiples de valorisation laissent apparaître une tendance baissière très forte depuis 2009.

Barometre Absoluce

Ce tableau illustre l’importance de la décote (ou si l’on préfère la perte de valeur) liée à l’absence de liquidité des titres d’une PME non cotée (on parle de Lack Of Marketability). Prenons un exemple, une société cotée vaut en moyenne à la fin 2011 sur le « CAC ALL TRADABLE » autour de 12.6 fois son bénéfice net après impôt. C’est le très fameux PER (Price Earnings Ratio). Pour une PME ne faisant pas appel au marché financier, le multiple chute en moyenne de 37% pour atteindre 8 fois le bénéfice net. L’écart entre les deux multiples est considérable mais il mesure le risque encouru par celui qui prend des parts de capital dans une PME non cotée et qui peut se trouver en quelque sorte « prisonnier » de cet investissement du fait de l’absence de liquidité de son investissement.

Multiple sectoriel

L’économie française a été subdivisée en 17 secteurs d’activité. On constate que les secteurs ne sont pas exposés de la même manière au risque d’insuffisance de négociabilité des titres. Les secteurs qui subissent le risque le plus fort sont ceux qui se trouvent sur la partie droite du graphique. Le secteur des « télécommunications » ou celui des « produits de la maison » sont une illustration. A l’inverse, les secteurs où la décote est la plus faible se situent sur la partie gauche du graphique comme par exemple la « construction » ou la « chimie ».

Absoluce, pionnier de l’évaluation des PME non-cotées sur 17 secteurs

La réflexion menée par Absoluce, en partenariat avec InFinancials, consiste donc à faire ressortir de manière régulière les marqueurs de la valeur des actions non cotées et à mesurer l’importance de la dépréciation liée à l’absence de marché des titres de PME. Ce travail est précieux et riche d’enseignements car il n’existe pas d’étude aussi aboutie sur ce point en France et également parce qu’il reflète la valeur des PME non cotées à la fois ponctuellement mais aussi dans son évolution historique.

Enfin, cette méthodologie va donner lieu à un baromètre des indicateurs de valorisation des PME non-cotées sur les 17 principaux secteurs économiques : santé, distribution, services, agroalimentaire, construction, matières premières, médias, industrie, services financiers, chimie, tourisme, télécommunication, technologie, biens d’équipement de la maison, immobilier, énergie, automobile.

Next Finance , Mars 2012

Notes

[1] Absoluce est un réseau national de cabinets d’expertise comptable, d’audit et de conseil indépendants

Lire aussi

Juillet 2011

Produit Le private equity

Les fonds de private equity investissent dans les actions d’entreprises afin d’en prendre le contrôle. Les actions détenues par ces fonds ne sont pas cotées sur les marchés financiers.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

  • Baromètre de valorisation des PME non-cotées en France 15 mars 2012  19:29, par L.Martinez [Consulting]
    <p>Etude très intéressante. <br />Je me permets de reproduire la première partie de l’article sur mon blog. <br /><a href="http://fusacq.over-blog.com/" class='spip_url spip_out' rel='nofollow external'>http://fusacq.over-blog.com/</a></p> <p>Cordialement, <br />LMa</p>

    Répondre à ce message

Focus

Innovation CPR AM lance CPR Invest Global Disruptive Opportunities

CPR AM, centre d’expertise en actions thématiques pour le Groupe Amundi étoffe sa gamme de solutions d’investissement à thème en lançant CPR Invest - Global Disruptive Opportunities, compartiment de la SICAV de droit luxembourgeois CPR (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés