Baromètre « chouchous des banques » : des taux en baisse pour les meilleurs profils sur fond de lent démarrage de l’activité ?

En ce début d’année 2018, si les banques ont globalement peu fait évoluer leurs barèmes de taux, dans un contexte de légère baisse de la demande, elles proposent des taux très bas avec de fortes décotes pour capter les meilleurs profils qui parviennent à nouveau à obtenir des taux à 1,20 % sur 20 ans au mieux.

Les primo-accédants restent présents alors que les renégociations de prêts concernent désormais moins de 7 % des demandes. Dans un contexte de forte concurrence interbancaire, les taux de crédit devraient rester avantageux dans les prochaines semaines…

Les taux les plus bas à Nantes ou Montpellier : 1,20 %

Dans cette nouvelle édition du Baromètre Vousfinancer des « chouchous des banques », les taux de crédit les plus bas ont été obtenus à Nantes et Montpellier (1,20 % sur 20 ans), Grenoble, Strasbourg, Saint-Etienne et Bordeaux (1,30 %), Rennes (1,33 %) et Paris (1,35%). « Les taux de crédit pour les meilleurs profils sont revenus au niveau de mi-2016… Si les taux affichés n’ont que peu évolué, les grandes banques nationales pratiquent actuellement de fortes réductions de taux – jusqu’à 0,6% de baisse - pour les profils d’emprunteurs qu’elles souhaitent capter et pour lesquels elles se livrent une forte concurrence : il s’agit essentiellement de primo-accédants avec de hauts revenus… » analyse Sandrine Allonier, directrice des relations banques de Vousfinancer.

Comme relevé dans le Baromètre ci-dessous, les profils les plus recherchés par les banques qui bénéficient par conséquent des taux les plus bas, restent les emprunteurs de 35-45 ans, avec des revenus supérieurs à 5 000 € à deux. Concernant l’apport, un minimum de 10 % demeure un atout pour obtenir un taux bas, mais au-delà d’un certain niveau de revenus, ce n’est plus un critère déterminant, ce type de profils d’emprunteurs pouvant bénéficier des taux les plus avantageux, quel que soit le montant de l’épargne mobilisée dans le projet.

Un démarrage de l’activité légèrement moins dynamique qu’en 2017

Après un premier trimestre record en 2017, la demande de crédit est moins soutenue en ce début d’année 2018. En janvier, elle ressort ainsi en baisse de 30 % par rapport à janvier 2017, soit un retour au niveau de l’été dernier. « Traditionnellement, le redémarrage de l’activité est souvent un peu lent en début d’année, sauf en 2017 où la hausse des taux avait incité les acheteurs à passer à l’acte… A l’inverse, cette année, le peu de mouvement sur les taux en janvier et les récentes évolutions sur le prêt à taux zéro, les APL accession ou même le dispositif Pinel ont sans doute contribué à l’attentisme que nous avons constaté » analyse Jérôme Robin, directeur général de Vousfinancer.

Les renégociations de prêts, en volumes, ont été divisées par 4 par rapport à janvier 2017 et représentent désormais 7% des demandes, dont seuls les deux tiers permettront de générer des économies suffisamment importantes pour être réalisées.

« Cette légère baisse de l’activité dans un contexte de forte concurrence interbancaire devrait inciter les banques à maintenir des taux attractifs pour réaliser leurs objectifs de production de crédits... elles devraient ainsi rester offensives et proposer des taux bas au premier semestre, quitte à les ajuster plutôt au second semestre en fonction de l’activité qu’elles auront connue sur les premiers mois de l’année… à condition bien sûr que les taux emprunt d’Etat qui ont récemment augmenté ne continuent pas leur ascension » conclut Sandrine Allonier.

valerie , 5 février

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés