›  Interview 

Baptiste Buisson : « Nous réfléchissons à augmenter la taille de ce type d’investissement UCITS à performance absolue »

Selon Baptiste Buisson, directeur adjoint des investissements Aviva France, investir dans des supports de « Alternative Risk Premia » permet à un acteur comme Aviva France de diversifier ses placements...

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Next-Finance : Avez-vous des encours investis sur des fonds « Alternative Risk Premia » ou plus généralement de type performance absolue ? En quelle proportion ? Comptez-vous augmenter cette proportion ?

Baptiste Buisson : Oui nous avons investi depuis plusieurs années dans des fonds de type performance absolue et notamment AIMS géré par Aviva Investors.

De plus, nous avons également une poche de gestion alternative dans le bilan que nous avons délégué à une autre société de gestion d’actifs.

Toutefois ces investissements représentent une part marginale (<1%) de notre bilan, cependant nous réfléchissons à augmenter la taille de ce type d’investissement (UCITS à performance absolue) dans les prochains trimestres.

Quels bénéfices pour vos portefeuilles /ou quelles contraintes (quelle contrainte SCR) ? Quels rendements visez-vous ? Pour quelle volatilité cible ?

Généralement ces fonds ont pour objectif de préserver le capital des investisseurs et de leur fournir un rendement absolu supérieur aux taux d’intérêt européens à 3 mois. Ils investissent dans un large panel de classes d’actifs, telles que les actions, les obligations et les instruments du marché monétaire. L’utilisation de produits dérivés est également très courante dans ce type de gestion car cela permet de tirer partie de la hausse mais aussi de la baisse de certains actifs.

Investir dans ce type de support permet à un acteur comme Aviva France de diversifier ses placements. En effet, ces produits présentent une certaine décorrélation par rapport aux fonds traditionnels avec un couple rendement/risque plus faible. Etant donné qu’il n’y a pas d’indice de référence, le gérant est plus libre dans ses choix de sélection de valeurs / paris tactiques.

Aviva est aujourd’hui en modèle interne Solvency II. Nous sommes en train de calibrer les chocs associés aux fonds de performance absolue. Nous pensons que le coût en SCR devrait être diminué de moitié (mais cela reste encore à valider) par rapport à un investissement action classique car ces fonds présentent en général une volatilité 2 fois moindre.

Pour exemple, le fonds AIMS a un objectif de performance de 500 bps au-dessus du taux BCE (sur un horizon de 3 ans) pour une volatilité 2 fois moindre que celle des actions.

Nous pensons que le coût en SCR devrait être diminué de moitié (mais cela reste encore à valider) par rapport à un investissement action classique car ces fonds présentent en général une volatilité 2 fois moindre.
Baptiste Buisson, directeur adjoint des investissements Aviva France

Quelles stratégies suscitent le plus vos intérêts (Long / Short, Event Driven, M&A, Arbitrages Statistiques, Arbitrage sur actifs implicites, Portages / Primes de liquidité, etc…) ?

Par définition, nous sommes ouverts à tous types de stratégies car en fonction du cycle économique et des aléas de marchés, certains paris fonctionneront mieux que d’autres. Il revient donc au gérant d’allouer son budget de risque sur les stratégies d’investissements les plus pertinentes au regard du rendement attendu.

Quelles sont les évolutions à apporter à ce style de gestion (transparence, pédagogie, compréhension de l’évolution du modèle avec l’évolution de l’environnement de marché, frais, coûts cachés, autres ?) ?

Beaucoup de progrès ont été accomplis au regard de la réglementation des fonds de performance absolue. Avec la directive UCITS, les investisseurs bénéficient d’un cadre réglementaire stricte encadrant la gestion de ces fonds. Contrairement aux hedge funds, les fonds UCITS sont beaucoup plus transparents et publient plus fréquemment l’inventaire des positions sous-jacentes. Les fonds UCITS proposent une valorisation quotidienne et détiennent des liquidités élevées permettant aux investisseurs de solder leurs positions rapidement.

En revanche, certaines stratégies employées pourraient être mieux expliquer (manque de pédagogie) car il est difficile pour certains non-initiés de comprendre les paris opérés par les gérants (termes techniques/complexité des opérations/instruments financiers etc…)

Ce type de gestion est également plus chère que les fonds traditionnels, et certains gérants appliquent toujours des frais de performance au-dessus d’un rendement cible. Dans un contexte de taux de plus en plus bas, certaines sociétés de gestion pourraient être amenées à revoir leur copie afin de préserver le rendement final pour l’investisseur.

Certaines stratégies employées pourraient être mieux expliquer car il est difficile pour certains non-initiés de comprendre les paris opérés par les gérants.
Baptiste Buisson, directeur adjoint des investissements Aviva France

Sur quels critères sélectionnez-vous les fonds « Risk Premia » ou « Alternatif UCITS » ?

Les critères que nous retenons principalement sont :

  • Le « track record » (performances précédentes et capacité de la gestion à traiter des produits dérivés complexes),
  • Expérience de l’équipe d’investissement,
  • Gestion du risque (« stop loss » / levier maximum/indépendance etc…),
  • Construction de portefeuille,
  • Processus opérationnel,
  • IT & outils de reporting (transparence des stratégies),
  • Frais.

RF , 28 septembre

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Jean-Philippe Médecin : « Solvency II n’a pas conduit à une baisse significative de nos expositions en actions »

Selon Jean-Philippe Médecin, directeur ALM et financement au sein de la direction des investissements, les équipes de CNP Assurances intègrent de plus en plus de couvertures pour limiter les effets de chocs à la baisse des (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés