›  Note 

Apple demeure l’entreprise la mieux valorisée au monde, mais se fait rattraper par Alphabet

Avec une capitalisation boursière de 604 milliards de dollars pour Apple et de 518 milliards pour Alphabet, l’écart entre les deux géants américains se réduit (86 milliards de dollars en 2016 vs 350 milliards en 2015)

D’après le dernier classement de PwC « Global Top 100 Companies by market capitalisation  », la capitalisation boursière des 100 plus grandes entreprises au monde a affiché un net repli de 4% par rapport à 2015, une première en cinq ans.

Les États-Unis renforcent leur domination avec 54 entreprises classées cette année, contre 53 l’année dernière. Les dix premières places du classement sont désormais occupées exclusivement par des entreprises américaines. L’Europe, en revanche, ne compte plus que 24 entreprises classées, deux entreprises européennes ayant quitté le classement en 2016. Le Royaume-Uni conserve « pour l’instant » sa troisième place dans le classement avec 7 entreprises parmi les 100 premières, contre 8 néanmoins l’an dernier. Le secteur des technologies est aujourd’hui le plus représenté dans ce classement, devant le secteur financier et ce pour la première année.

Les entreprises américaines préemptent le Top 100 grâce à leurs performances dans le secteur des technologies

Si 18 pays sont représentés dans le classement de PwC, ce sont les Etats-Unis qui arrivent largement en tête, avec 54 entreprises américaines parmi les 100 entreprises les mieux valorisées au monde. Elles représentent à elles seules 62% de la capitalisation boursière totale du Top 100 (9,636 milliards de dollars au 31 mars 2016), contre 57% en 2015 et seulement 38% en 2008. En un an, les entreprises américaines du classement ont vu leur capitalisation boursière augmenter de 314 milliards de dollars supplémentaires.

Les dix premières places du Top 100 sont désormais occupées exclusivement par des entreprises américaines, dont la plupart sont issues du secteur des technologies. Les trois marches du podium mondial reviennent à présent à : Apple, Alphabet et Microsoft, suivies de près par Facebook en 6ème position. Grâce à ces géants technologiques, qui sont à l’origine d’un nouveau mode de vie digital et jouissent d’un rayonnement mondial sans égal, le secteur des technologies a dépassé pour la première année celui des services financiers.

Selon Philippe Kubisa, associé spécialiste des marchés de capitaux chez PwC : « Les États-Unis ont confirmé leur place de leader du classement en tirant parti de leur rayonnement mondial, de leur puissance financière et de leur capacité à innover. Les plus grosses entreprises font état de plus de résilience que la moyenne, à l’exception de quelques-unes dans le secteur des ressources naturelles, puisque, malgré l’incertitude des conditions de marché et des perspectives de croissance, 91 entreprises du classement 2015 restent dans la course au 31 mars 2016, preuve de stabilité par rapport aux années précédentes.  »

La Chine et Hong Kong conservent leur 2ème position avec 11 entreprises toujours en lice. On remarque cependant que leur part dans la capitalisation boursière mondiale a reculé de 20% par rapport à l’année dernière. Les valorisations des entreprises chinoises ont souffert des piètres résultats des marchés chinois au cours de l’année 2015.

L’analyse du « Global Top 100 » portant sur la période allant du 31 mars 2015 au 31 mars 2016 a été mise à jour suite au référendum sur le Brexit. Celle-ci révèle peu de changements : seule une légère régression de la capitalisation boursière mondiale totale et quelques évolutions mineures parmi les dernières entreprises du classement. Le Royaume-Uni conserve donc sa 3ème place avec 7 entreprises au classement, malgré une légère baisse de certaines valorisations.

Le classement de PwC depuis 2008 révèle que les entreprises européennes ont gravement pâti de la crise financière, mais sont également plus lentes à émerger que leurs homologues américains. Désormais l’Europe compte tout juste 24 entreprises (2 de moins qu’en 2015 et 17 de moins qu’en 2008) et représente seulement 19% de la capitalisation boursière totale du Top 100.

Pour Philippe Kubisa : « La baisse conséquente de la capitalisation boursière totale des 100 premières entreprises au monde est révélatrice de deux phénomènes macroéconomiques qui ont marqué l’année 2015 : les entreprises chinoises ont été fortement ébranlées par la conjoncture instable de leur marché intérieur et l’Europe a échoué à renouer avec la croissance. »

Apple perd de son avance face à son concurrent direct Alphabet (ex-Google)

Apple domine le classement pour la 5ème année consécutive, mais un recul de 121 milliards de dollars (soit 17%) de sa valorisation permet à Alphabet de remonter au coude-à-coude. L’écart de capitalisation boursière entre les deux géants américains n’a jamais été aussi faible, à 86 milliards de dollars aujourd’hui, contre 350 milliards de dollars l’année dernière. Notons qu’Alphabet avait même détrôné temporairement Apple en février 2016. Cependant, Apple continue de verser 42 milliards de dollars à ses actionnaires (vs 56 milliards en 2014), quand Alphabet n’a payé aucun dividende ni effectué de rachat d’actions sur la même année.

Alphabet est l’entreprise du Top 100 qui a connu la plus forte croissance en valeur absolue entre 2015 et 2016 (+143 milliards de dollars), passant de 375 milliards de dollars au 31 mars 2015 à 518 milliards de dollars au 31 mars 2016.

En valeur relative, elle enregistre également une très belle performance (+38%), derrière Kraft-Heinz, entité consolidée après acquisition (+86%), Amazon (+62%), AT&T(+42%) et Facebook (+41%). Ces grands groupes ont porté la croissance américaine en 2015.

Les entreprises françaises du secteur des biens de consommation sauvent l’honneur

La France reste en 5e position du Top 100 des entreprises les mieux valorisées dans le monde, avec 4 entreprises classées : Total (57ème place), Sanofi (61ème), L’Oréal (67ème ) et LVMH (86ème).

En valeur absolue, la France a perdu une place au classement 2016 : elle tombe à la 7ème position, avec 405 milliards de dollars de capitalisation boursière totalisés par 4 entreprises en 2016 (contre 441 milliards en 2015 pour les mêmes entreprises).

En valeur relative, les 4 entreprises françaises ont perdu 8% de leur capitalisation boursière totale entre 2015 et 2016.

Tandis que Sanofi et Total ont perdu respectivement 14 et 37 places depuis 2009, L’Oréal et LVMH, n’ont cessé de progresser dans le classement : L’Oréal, qui n’était que 95ème en 2009, apparaît désormais en 67ème position (+28 places) et LVMH, qui ne disposait pas d’une valorisation suffisante pour intégrer le Top 100 en 2009 est désormais classée 86ème plus forte capitalisation boursière au monde.

« LVMH et L’Oréal bénéficient de la bonne performance du secteur du luxe français à l’international et ont montré une bonne résilience sur la période analysée », souligne Philippe Kubisa.

Next Finance , 12 juillet

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note La recherche de rendement, un exercice de plus en plus difficile

Sous l’action des banques centrales, la thématique de la recherche de rendement a été exacerbée ces dernières années, aplatissant les courbes et tirant de plus en plus bas les niveaux de rendement des obligations, parfois jusqu’en territoire négatif. Il faut aujourd’hui prendre de (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés