›  Opinion 

Actions japonaises, la valeur a changé de camp

Pendant longtemps, l’investisseur japonais a considéré les petites capitalisations comme l’investissement « value » de choix. Et pendant longtemps, elles ont affiché de bien meilleures performances que leurs grandes sœurs.

Mais elles se sont renchéries

Les petites capitalisations sont-elles toujours plus « value » que les grandes ? Et sinon, à quelles valeurs devrions nous nous intéresser ?

Performances des actions japonaises sur 5 ans Décomposons l’indice des 100 premières valeurs du Topix en deux parties : l’indice Topix Core 30, qui représente les 30 valeurs les plus capitalisées et le Topix Large 70 constitué des 70 suivantes.

Que voyons-nous ?

Le Topix Large 70 a une performance similaire à celui des petites et des moyennes capitalisations. Les valeurs du Topix Core 30, en revanche, ont pris beaucoup de retard contre l’ensemble de leurs concurrentes. Au point qu’aujourd’hui, les 30 premières valeurs du Topix ont un Price to Book similaire à celui du Topix Small !

Les petites capitalisations japonaises n’ont plus le privilège du positionnement « value ».

Qu’en conclure ?

Il est temps de reconsidérer les banques :

  • Les banques japonaises vont bénéficier de la pentification de la courbe des taux, déjà orchestrée par la Banque centrale japonaise et bientôt accentuée par la hausse des taux globaux.
  • Le Japon connait une période de croissance prolongée. Les volumes de crédit augmentent régulièrement et le nombre de défauts de paiements se réduit.
  • Leurs valorisations restent très modestes. Le Price to Book des banques du Topix n’est pas remonté depuis la grande crise financière, et s’établit aujourd’hui au faible niveau de 0.661. A titre de comparaison, celui des banques européennes est de 0.991.

Les actions des grands constructeurs automobiles sont elles aussi très en retard. Il y a des raisons : la vague de scandales n’a pas épargné le Japon, en témoigne le rappel des airbags de Takata ; les investissements pour les véhicules électriques seront importants et leur rentabilité devra attendre.

Mais pour autant, Toyota et Honda méritent-elles les ratios de PE inférieurs à 12, alors même que la consommation mondiale accélère [1] ?

Notre gérant d’actions japonaises ne le croit pas. Pour lui, il est temps de s’intéresser aux très grandes capitalisations japonaises.

Frédéric Rollin , 30 janvier

Notes

[1] Bloomgerg, données au 23 janvier 2018

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés